NGE anticipe ses besoins numériques avec La Plateforme

Les besoins en professionnels amenés à programmer les machines de construction grandissent à vue d’œil. Ainsi, le groupe NGE s'est associé avec La Plateforme, une école marseillaise formant les spécialistes du numérique de demain.

Dans le secteur du BTP, les métiers à dominante technologique s’imposent plus vite que dans d'autres secteurs. Alors que les besoins en techniciens du bâtiment se font bien connaître, ceux de professionnels rompus aux nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle ou encore la « blockchain » commencent à se faire entendre.

Moins de la moitié des NGE utilisent le numérique

Or, Antoine Metzger, président de NGE en est convaincu : « Les chantiers de demain seront connectés ou ne le seront pas. Chez nous, 5 000 personnes — sur 11 800 — travaillent tous les jours de près ou de loin avec ces données virtuelles. En revanche, celles capables de coder se font trop rares ».

Pour cela, ses équipes nouent un partenariat avec l’école gratuite marseillaise La plateforme, formant aux métiers du numérique.

Certains de ses principes la rapprochent d’une école Montessori, d’autres, de l’école de la seconde chance ou encore de l'école en codage Holberton aux États-Unis. Cyril Zimmermann ne boude pas ces parallèles quand il s’agit de définir l’établissement qu’il a co-fondé en 2018. La métropole Aix-Marseille-Provence tient en discrétion une de ses particularités : elle fait partie des intercommunalités françaises progressant le moins en termes d’étudiants ces dix dernières années (92 148 étudiants inscrits, soit +5,30 %, d’après les publications les plus récentes du ministère de l’Éducation nationale, en 2016). Mais Cyril Zimmermann voit le verre à moitié plein : « La Cité phocéenne présente peut-être un défaut dans son offre éducative, mais nous pouvons changer la donne. Le besoin de recrutement dans la technologie va croître. Aujourd’hui, notre métropole offre déjà 5 000 emplois dans ce domaine sur environ 80 000, à l’échelle nationale ».

50 élèves apprennent  à coder

En septembre 2019 ont ouvert les trois premières classes de La Plateforme : l’une « coding school », une formation en programmation, accueille 50 étudiants pour deux ans, l’autre, « central digital lab » enseigne, sur trois périodes échelonnées sur un an, l’intelligence artificielle et la science des données à 8 élèves (30 sont prévus en septembre 2020). Un troisième cursus « executive program » forme une quinzaine de 15 cadres et décideurs d’entreprises, chaque semaine, pour quelques jours.

Partenariats également sociaux

L’école de codes propose un enseignement de deux ans, équivalant à un bac +2, tandis que la seconde, orientée dans l’intelligence artificielle, débouche sur un diplôme délivré par l’École Centrale de Marseille après trois périodes d’apprentissage espacées sur un an.

La méthode de ces trois formations évaluera davantage le comportement que les compétences purement techniques.

La méthode de ces trois formations évaluera davantage le comportement que les compétences purement techniques.

Pour créer cet établissement sans précédent en France, Cyril Zimmermann ne s’est pas appuyé uniquement sur NGE. Ce multidiplômé en histoire, commerce et études politiques a su s’entourer de plusieurs établissements issus du monde éducatif spécialisé dans le numérique aux premiers rangs desquels Simplon, un réseau de fabriques numériques et la Grande École Numérique, centre de formations et institut de labellisation soutenu par l’État.

Le développement de La Plateforme repose également sur ses liens avec Pôle Emploi et sur des associations comme Les Apprentis d’Auteuil. « Nous voulons faire venir des profils atypiques, des publics éloignés des bancs d’écoles, insiste le cofondateur de l’école, qu’ils soient diplômés ou non ». Les formations en code et intelligence artificielle, gratuites, proposent des projets, comme la création de sites internet, le développement d’applications, amenant les étudiants à interagir avec les entreprises. Si la première de ces classes compte aujourd’hui 50 étudiants « nous devrions en accueillir 30 supplémentaires dès mars 2020. Notre objectif est de porter cette classe de code à 300 personnes à la rentrée 2021 », complète La Plateforme.

Crédit des photos : François Moura

Légende de l'ouverture : Antoine Metzger, président de NGE, et Cyril Zimmermann, président de La Plateforme.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.