Le Club Seimat a primé 50 apprentis

Comme à l’accoutumée depuis deux décennies, le Club Seimat récompense ses champions apprentis dans la réparation et maintenance BTP. Cette année, les adhérents ont proposé 50 stages, meilleur passeport qui soit pour s’insérer dans le métier.

Tous les ans, le Club Seimat renouvelle son grand concours à destination des apprentis en spécialité Maintenance TP et manutention. Si le déroulé des épreuves théoriques et pratiques varie d’une année à l’autre, le profil des candidats change peu et reste rare. L’organisateur, adossé au Syndicat des entreprises internationales de matériels de travaux publics, mines et carrières, bâtiment et levage, manutention (Seimat), le leur a d’ailleurs dit : « Vous faites partie des meilleurs étudiants en BTP de France. »

Cette 25édition a choisi de privilégier les récompenses en équipes et non plus individuelles. La différence est importante, pour le Club, désireux de rendre ce rendez-vous moins académique que lors des éditions passées. Cette année, seuls 463 BTS et bac pro étaient en lice (la 24e édition avait fait s’affronter également des CAP).

Plus de classement ni d'épreuve « diagnostic »
Jean-François Labbey (2e en partant de la gauche) est entouré de Sébastien Dall'Agnol et Alain Leroy, formateurs. À droite, Dylan Leys, apprenti en bac pro. Jean-François et Dylan font partie des lauréats.

Jean-François Labbey (2e en partant de la gauche) est entouré de Sébastien Dall'Agnol et Alain Leroy, formateurs. À droite, Dylan Leys, apprenti en bac pro. Jean-François et Dylan font partie des lauréats.

Deux élèves représentaient à chaque fois un des 45 établissements participants, ce qui a mené 90 personnes à l’examen théorique et 78 (dont 70 bac pro et 8 BTS) à la pratique. Deuxième grande nouveauté : « L’épreuve du questionnaire à choix multiple nous a permis de qualifier les candidats et non de les noter, précise Pascal Petit-Jean, secrétaire général du Seimat. Nous voulions réduire l’influence du facteur chance et gommer l’idée de classement. Enfin, les participants en bac pro se sont départagés sur une épreuve pratique “Contrôle et mesures. » Les éditions passées avaient estimé leurs capacités à diagnostiquer. « Nous n’avons pas ouvert notre concours aux CAP cette année, mais le Seimat entame une tournée dans les classes pour leur présenter les métiers et les encourager, car il n’est pas rare que certains élèves doutent », remarque Pascal Petit-Jean.

Ce concours Club Seimat est justement conçu pour battre en brèche certaines idées reçues. Les métiers du BTP ne sont pas tous sur le terrain de la construction. Ils peuvent s'exercer, de façon tout aussi indispensable, dans les coulisses de la réparation et de la maintenance, du service après-vente, dans des services techniques ou mécaniques, voire évoluer vers un autre poste au sein d’une même entreprise.

Si 20 lauréats ont décroché une bourse d’étude de 200 à 1 000 €, les 50 premiers récompensés ont pu choisir un stage parmi ceux proposés par sept constructeurs : JCB, Komatsu, Kubota, Wacker Neuson, Volvo, Bergerat Monnoyeur et Wirtgen. Tous n’ont pas été pourvus ! Certains apprentis s’étaient déjà engagés auprès d’autres industriels, preuve que le manque d’activité ne les guette pas ! Ils ne sont pas encore diplômés que déjà, certains les embauchent.

Retrouvez notre article dans sa version longue, dans notre magazine.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.