L’Art du Chantier, à la Cité de l’architecture

En Occident, depuis la Renaissance, la genèse de la construction de nos édifices fascine  La Cité de larchitecture et du Patrimoine a choisi d'étudier la période XVIe — XXe siècle, pour déployer « LArt du chantier ». Cette exposition nous rappelle qu’à travers le temps, si la représentation des travaux change de forme, leur fond perdure, aussi puissant. Vous avez jusquau 11 mars pour visiter cette remarquable exposition près de la Tour Eiffel.

Cette fascination ne date pas d’hier. Le 25 octobre 1836, le roi Louis-Philippe, sa cour, ses ministres, les Parisiens assistent, médusés et nombreux, à l’élévation de l’obélisque de Louxor sur la place de la Concorde. Une gravure d’époque, mais surtout la superbe maquette de la complexe machinerie faite de palans, poulies et contrepoids mise au point pour l’occasion par l’ingénieur Jean-Baptiste Apollinaire-Lebas, figurent bien l’émerveillement du public pour la construction.

L'importance du chantier, plus que le bâti

Qu’ils soient historiques ou mythologiques, les travaux ont d'abord revêtu une idée de supériorité de l'homme face à la nature (les animaux étaient portés à contribution), plus tard, une image d’adéquation entre la machine et lui. Dans l’esprit populaire, la représentation du chantier vaudrait-il même davantage que l’édifice achevé ? Cette impression émerge ici et là, au gré de la visite.

Kaléidoscope de points de vue

Chantier2Les constructions y sont vues tantôt comme des lieux d’exploits, tantôt comme des terres d’opprimés, tantôt comme des scènes de héros. La multitude des points de vue, changeante avec le temps, témoigne en tous les cas de l’importance du sujet « chantier » que chacun de nous, petits et grands, perçoit de façon différente.

Le regard de trois architectes Patrick Bouchain (Le petit cirque du monde construit à Bagneux en 2015), Marc Mimram (la passerelle parisienne Léopold-Sédar-Senghor, 1997) et Martin Rauch (spécialisé en architecture en terre crue) conclut le parcours : pour eux, le chantier est un lieu où l'architecture affronte la complexité, l"inventivité et les aspirations actuelles.

Cette exposition met en valeur l'esthétique du transitoire, l'efficacité de la précision.

Cette exposition met en valeur l'esthétique du transitoire, l'efficacité de la précision.

Comme le ressent un visiteur, dans le livre d’or : « extrêmement stimulant et scénariséLe promeneur peut, selon sa sensibilité, construire son propre chemin intérieur et intellectuel ».

Infos pratiques

  • Lieu : Cité de l'Architecture et du Patrimoine, 1 place du Trocadéro, 75116 Paris. Métro Trocadéro / Iéna
  • Ouvert tous les jours (jusqu'au 11 mars) de 11h à 19h, sauf le mardi. Fermeture à 21h, le jeudi.
  • Plein tarif : 9 €
Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.