La logistique mène la danse des tunneliers

Quatrième tunnelier de la ligne 15 sud du métro parisien, Amandine a débuté son parcours fin avril dans l’objectif de creuser 3,4 km jusqu’à la future gare Villejuif-Louis-Aragon, où il arrivera à l’été 2020. Le tronçon T3C sur lequel il chemine requiert des moyens logistiques importants devant trouver leur place sur une emprise restreinte. Collaborant avec Spie Batignolles dans le groupement CAP pour le génie civil, Vinci Construction en montre la mesure.

Comme tout tunnelier à pression de terre, Amandine ne pourrait creuser et évacuer près de 4 000 m³ de déblais, et poser 56 voussoirs par jour sans une logistique serrée 28 m plus haut. Or, comme sur tous les chantiers du Grand Paris Express, les emprises sont réduites. D'autant plus ici, à Cachan, où la gare est à la fois le puits de départ d’Amandine et le lieu d’arrivée d’Ellen, un autre tunnelier qui creusera, à partir du 2e trimestre 2020, 700 m depuis Bagneux. Sur ce site d'environ 19 000 m² s’ajoute le chantier de la future gare Arcueil-Cachan. Prévue pour assurer la correspondance avec le RER B, elle a déjà commencé ses travaux de creusement à l'abri d'une dalle de couverture.

Une moyenne de 16 m par jour

Sous cette surface, Amandine a fait ses premiers pas, en avril, après six semaines de montage. Ses 1 600 t, 9,87 m de diamètre et 108 m de long laissent imaginer une machine colossale. Elle avance déjà au rythme de 16 m/jour et ce, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, cinq jours sur sept. « Son rythme de croisière n’a d’ailleurs été atteint que début septembre, auparavant, elle évoluait plutôt autour de 10 m/jour, explique Lucie Houssin, responsable communication pour le groupement CAP. Ses quatre remorques n’ont pu être reliées qu’en juillet, après 112 m creusés avec une seule dans le train suiveur, faute de place à son démarrage. »

6-CHA-Amandine-fc135-website

7 voussoirs sont nécessaires à la confection de chacun des anneaux du tunnel.

Alors qu’elle accélère en cette mi-septembre, Amandine s’apprête à passer sous la rivière de la Bièvre, un endroit délicat où le relief peut être plus accidenté que dans d'autres secteurs.

Une réserve de 48 heures

Pour qu’Amandine mène ses opérations de creusement, d'évacuation et d'application l’une après l’autre et sans heurt, le terrain doit être minutieusement organisé en surface. Quatre zones lui sont dédiées, représentant entre un tiers et la moitié de l'aire. Quelque 120 voussoirs préfabriqués à Limay, dans les Yvelines, patientent dans l’attente d’être descendus par une grue Liebherr Litronic 1000EC-H40 au fond du tunnel. « Nous ne pouvons entreposer ici que le nécessaire pour constituer 16 anneaux, composés de 7 voussoirs chacun, soit l’équivalent de 48 heures de travail », explique Lucie Houssin.

Une deuxième partie de l’espace en surface est consacrée au déblai des terres excavées. La pose d’un anneau nécessite d'extraire entre 470 et 500 t de terres. Autant de matériaux, appelés « marinages », que les opérateurs réceptionnent grâce à des convoyeurs verticaux à grande inclinaison HAC, répartissent selon leurs natures dans un troisième emplacement (les cinq fosses à déblais, ou « case à marinage »), puis envoient dans six exutoires principalement en Île-de-France. « Nous avons également installé une centrale pour y fabriquer au fur et à mesure le mortier de bourrage assurant l’étanchéité autour du voussoir », précise la responsable.

Enfin, une quatrième zone à l’air libre déploie les flexibles de ventilation air/eau et l’alimentation électrique nécessaires à l’avancée d’Amandine. Car, tout au long de son parcours, le tunnelier restera raccordé à la gare d’Arcueil-Cachan. Une tour à bande permet de rallonger le tapis convoyeur, tous les 2 m.

Des voussoirs uniques
2-CHA-Amandine-fc135-website

Livrée par Stradal, la grue Liebherr 1000EC-H40 descend les voussoirs deux par deux.

À l’intérieur, dans une profondeur pouvant varier de 28 à 55 m, une dizaine de personnes travaillent en coordination avec les pilotes du tunnelier. Surveillant tous les paramètres de fonctionnement grâce à leurs tableaux de bord informatisés, elles peuvent agir au niveau de deux leviers majeurs : la vitesse de la vis sans fin par laquelle remontent les terres excavées et les mouvements des vérins hydrauliques positionnés autour du périmètre de la roue de coupe. Ceux-ci permettent la propulsion d’Amandine.

Si les voussoirs pèsent globalement 8 t chacun, tous présentent un pincement différent pour dessiner certaines courbes rejoignant Villejuif-Louis-Aragon. « Chaque voussoir est approvisionné par train et wagons spéciaux depuis la surface, puis déchargé par un portique ou un palan sur un convoyeur qui le conduit à l’érecteur, situé à l'intérieur de la jupe. Celui-ci le saisit puis le place définitivement. La pose dure environ quarante-cinq minutes, tandis que le creusement peut s’étendre jusqu’à une heure et demi », nous détaille-t-on. Une fois le voussoir fixé, une couche de mortier de bourrage, fabriqué in situ, est coulée entre la paroi du tunnel et lui.

Le groupement CAP devrait avoir achevé sa partie génie civil en 2022, tandis que la ligne 15 Sud ouvrira en 2025. Ainsi, d'ici la fin de l’année prochaine, les tunneliers Amandine et Ellen devront être passés par la gare d'Arcueil-Cachan.

 

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.