La FFB confirme sa perspective de croissance à 3,4 % en 2017

Ressentie depuis mi-2016, la reprise de l’activité dans le bâtiment se poursuit, examine la Fédération française du bâtiment lors de sa dernière auscultation économique du secteur, publiée hier. Si elle ne concerne toujours pas l’ensemble du territoire, elle est d’autant plus vivace dans le logement neuf. « Plus particulièrement, la commande locative sociale a progressé de 20 % en glissement annuel sur 12 mois à fin janvier (par rapport à février 2015-janvier 2016) ». La FFB, par la voix de son président Jacques Chanut (dont le mandat a été renouvelé), anticipe donc une prévision d’au moins 410 000 mises en chantier en 2017 (+8 %).

En revanche, la branche Amélioration-entretien n’indique toujours pas d’embellie. « Nous tablons sur un fébrile +0,9 % de volume en plus cette année », commente Jacques Chanut.

Accalmie dans la chute des prix

Mais observés globalement, ces deux segments « neuf » et « amélioration-entretien » permettent tout de même à l’appareil productif de se requinquer. Les défaillances d’entreprises ont quasiment cessé en 2016 (-0,6 %) grâce à un recours massif à l’intérim, ceci ne renflouant pour autant pas les prix de marché. Difficile de présenter aux acteurs de la filière des tarifs majorés lorsqu’ils les ont connus bas, en période de crise. Les arguments sont compris sans pour autant faire accepter une hausse de prix… Mais le rythme de recul des prix se tasse dans l’univers du gros œuvre.

Perspectives en 2017

Au chapitre des pronostics pour l’année 2017 donc, la FFB avance une hausse de 3,4 % dans le bâtiment (+7 % concernant les constructions neuves et +0,9 % concernant l’amélioration-entretien).

Des prévisions assombries par deux menaces, nuance la Fédération :

  • La remontée des taux d’intérêt
  • L’élection présidentielle

À ces inquiétudes s’ajoutent trois absents, note la FFB :

  • La volonté de l’exécutif de réduire le nombre de réglementations
  • Le déploiement de moyens pour dynamiser la rénovation énergétique
  • Des détails relatifs au devenir du budget du logement si les comptes publics venaient à être redressés.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire