Une norme pour comparer les consommations de chariots télescopiques

Pour Olivier François, le responsable des normes et réglementations du groupe Manitou, la publication de la norme EN 16796-4 est une bonne nouvelle. « Il s’agit d’un document décrivant les méthodes de mesure des consommations de carburant des chariots télescopiques », explique-t-il. Grâce à lui, les constructeurs vont pouvoir inscrire dans leurs documentations commerciales des valeurs s’appuyant sur des protocoles d’essai très précis. Elles permettront aux acheteurs de comparer des modèles de marques différentes et de trouver une base de calcul pour établir le budget prévisionnel de leurs engins.

Quatre ans de travail

La publication de cette norme représente pour le groupe Manitou et quelques-uns de ses concurrents l’aboutissement de 4 ans de travail au sein d’une commission de normalisation. Dans un premier temps, celle-ci a dressé un inventaire des méthodes existantes d’estimation de consommation. Ces dernières sont d’autant plus complexes à concevoir que les usages des chariots de manutention sont aussi variés que les corps de métiers les utilisant. Entre un couvreur en employant un uniquement comme moyen de levage et un marchand de matériaux en soumettant un à d’incessants cycles de chargement, les dépenses en carburant peuvent varier dans d’importantes proportions. Mais le groupe de normalisation a pu s’inspirer de travaux que Manitou conduit déjà depuis une dizaine d’années. « Le protocole de mesure de consommation sur lequel nous travaillons dans le cadre de notre programme Reduce de mesure du coût total de possession (TCO) a fortement intéressé le comité, se félicite Olivier François. Le processus de discussion a été long, mais après quelques légères modifications, le groupe a trouvé un consensus pour construire la norme sur sa base. »

Quatre valeurs de consommation
La nouvelle norme permettra aux constructeurs d'afficher la consommation de leurs chargeurs télescopiques dans différents types d'utilisation.

La nouvelle norme permettra aux constructeurs d'afficher la consommation de leurs chargeurs télescopiques dans différents types d'utilisation.

La nouvelle norme affiche quatre valeurs de consommation correspondant chacune à une forme d’utilisation bien définie. La première s’intéresse au chariot au roulage. Elle l’évalue circulant à vide à vitesse maximale sur un anneau d’essai. La deuxième le considère comme un engin de levage immobile. Elle l'évalue en statique, le moteur fonctionnant au ralenti. La troisième étudie un cas de manutention. Le chariot saisit une palette dans un rack. Il la déplace, puis la remet en place. La quatrième simule une opération de chargement. L'engin reprend un matériau en vrac, effectue un parcours et le déverse dans une benne.

Actuellement, la nouvelle norme ne présente aucun caractère d’obligation ni n’impose aux constructeurs de passer par un organisme tiers pour effectuer les mesures. En revanche, ceux-ci trouvent un intérêt à afficher en toute transparence les performances de leurs engins. En effet, si, durant les dernières années, les machines, poussées par les normes d’émissions, ont réalisé d’importants progrès en matière de contrôle de la pollution, leurs consommations n’ont que peu évolué. Pourtant, la technologie actuelle offre d’importantes marges de progrès. Dès à présent, des engins sont disponibles avec des options Stop & Start coupant le moteur en cas de ralenti prolongé. Dans l’avenir, des dispositifs de récupération d’énergie sur le circuit hydraulique ou sur une chaîne de transmission hybride sont tout à fait envisageables. En effaçant les pics de demande de puissance des engins amenés à multiplier les cycles de chargement, ils permettraient de monter de plus petits moteurs et donc de diminuer les consommations. L’une des manières pour les constructeurs de faire accepter à leur clientèle les surcoûts liés à de telles technologies serait alors de leur fournir de la visibilité sur les économies potentielles.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.