Un ralentissement économique qui ne trouble pas l’optimisme

Après une embellie en 2017, l’économie française montre un fléchissement au cours du deuxième trimestre 2018. L’activité des distributeurs de matériel de BTP et des distributeurs-loueurs de matériel de manutention en témoignent. A contrario, les loueurs continuent de tirer leur épingle du jeu (+6%).

Le premier trimestre avait déjà montré quelques signes de ralentissement, la période mars-mai a confirmé la tendance. Les distributeurs de matériel de BTP ont, en tous les cas, connu un recul de 8 % leur activité au cours de ces trois mois. La fédération des matériels de construction et de manutention, DLR, s’explique ce pourcentage par les longs délais de livraison des équipements : « Ceux-ci ont entraîné des retards de facturation, pénalisant le chiffre d’affaires trimestriel ». Les intempéries prolongées de ce printemps ne se peut-être pas non plus étrangères à cette baisse.

À l’exception des services après-ventes, tous les principaux segments d’activités ont connu un recul lors de ce second trimestre : la distribution de matériels BTP (-8 %), la location de matériels de manutention (- 7%), la vente de matériel neuf (-5%), la vente de matériel d’occasion (-13%), la location longue durée (-66%), la location courte durée (-2%), les pièces de rechange (-18%).

Les dirigeants interrogés restent confiants

Malgré ces observations, 56% des patrons interrogés projettent une stabilisation de leur activité au prochain trimestre. « Ce repli ne devrait pas avoir d’impact sur l’emploi : un tiers [d'entre nous] prévoit de recruter et deux tiers prévoient une stabilité de leurs effectifs », estiment-ils d’après la fédération. Aucun n’envisage de réduire leur effectif, au contraire.

DLR-2e trim2018

Source : DLR. * Ce schéma n'inclue pas les chiffres relatifs aux matériels de levage.

Les loueurs de matériel de BTP continuent de tirer leur épingle du jeu (+6%), et ce malgré les retards de chantiers engendrés lors des intempéries du printemps 2018. Cette progression est même de l’ordre de 14% au regard du trimestre précédent. Il s’agit là du 11e trimestre consécutif de hausse.

Conséquence des investissements passés : l’accroissement de la valeur du parc a, une fois de plus, été le principal soutien au chiffre d’affaires des loueurs. Par ailleurs,  les négociations tarifaires s'avèrent moins tendues.

Ainsi, l’optimisme des dirigeants reste de rigueur pour le prochain trimestre. Le solde d’opinion positif est proche de son maximum historique. 95% des répondants anticipent une hausse ou une stabilisation de leur activité. Depuis 2015, ce secteur recrute.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire