TPMS Heavy Duty prédit les problèmes de pneumatiques

Le fabricant de pneumatiques Goodyear a franchement orienté ses projecteurs, lors d'Intermat, sur le développement de ses solutions digitales. En tête d’affiche, deux outils utilisables sur smartphones tendant à réduire les coûts d’exploitation en génie civil.

Les conducteurs d’engins, réparateurs et mainteneurs de pneumatiques ne le savent que trop bien : la santé du pneumatique relève tout autant de l’entretien d’un engin qu’une mèche de cheveu, de l’état de santé de son « propriétaire » ! « La gestion du poste pneumatique basée sur l’analyse de données peut diminuer jusqu’à 85 %*, le nombre d’incidents relatifs », pose d’emblée Christophe Kuss, chargé du marketing pour Goodyear dans la région Europe Moyen-Orient, Afrique. Inspirée du secteur « poids lourds » où elle existe déjà, la solution nommé « Proactive Solutions TPMS » Heavy Duty — « Tire Pressure Monitoring » pour « système de contrôle de la pression des pneus » — arrive sur le segment des pneumatiques de génie civil pour tombereaux, chargeuses et grues mobiles.

Les capteurs du TPMS, fixés sur la face intérieure du pneu, mesurent la pression de gonflage du pneu toutes les 15 secondes et sa température. Les signaux de chacun de ces capteurs sont reçus par un routeur embarqué puis envoyés sur un serveur Goodyear qui analyse l’information avant de la répercuter (ou non, selon le degré de gravité) à l’utilisateur. « Les anomalies ne sont pas toujours détectables ni par le conducteur ni par le chef d’équipe. Des corps étrangers peuvent s’immiscer sous la carcasse et conduire à des détériorations prématurées », explique Christophe Kuss.

TPMS : Rapport quotidien envoyé sur Smartphone
Smartphone-TPMS-HD-Goodyear

Conçue au moyen d'un algorithme maison, cette technologie d'analyse prédictive brevetée rend Goodyear capable d'informer les opérateurs sur d'éventuels problèmes du pneumatiques avant qu'ils ne surviennent.

Dans son objectif de maintenance prédictive, TPMS se veut également différencier l’incident immédiat du risque de panne. Ainsi, il synthétise ses informations sous forme de code couleur à l’intention de l’opérateur (voir photo). Quoiqu’il en soit, le serveur Goodyear envoie chaque jour un rapport par courriel au gestionnaire de flotte.

Outre ce premier point, l’application doté d’une fonction GPS recouvre un intérêt de l’ordre de la localisation du parc matériel. L’opérateur ou son chef d’équipe peut choisir de suivre l’entièreté de son parc ou un seul engin.

Commercialisé depuis novembre 2016 sur les poids lourds, le système TPMS aurait permis d’alerter dans une moyenne de quinze jours les incidents inhérents aux pneumatiques. « Cet outil aide les flottes d’engins de génie civil à optimiser la performance des pneus, à réduire les temps d’immobilisation, explique le manufacturier. Selon nos propres études, il permettrait d’augmenter le temps d’utilisation d’une machine de 15 % ».

Dans le courant de l’année, Goodyear proposera une application pour les conducteurs. Eux-mêmes pourront être bientôt alertés en temps réel lorsqu’un incident survient.

Nouvelle version de Goodyear EMTrack

Second temps fort de son exposition à Intermat : Goodyear a présenté une nouvelle mouture de son système de gestion de la performance des pneus génie-civil baptisé "EMTrack". Toujours dans le souci de qualifier les flottes d’engins, ce dispositif permet une collecte rapide de données comme la profondeur de sculptures ou encore la pression de gonflage. Autant d’indicateurs susceptibles d’allonger la durée de vie des pneus, faciliter la prévision de remplacement et anticiper les besoins en trésorerie.

 *Pourcentage obtenu d’après une analyse réalisée en conditions réelles par Goodyear en juin 2016.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire