Renault Trucks se maintient malgré des marchés tempétueux

Renault Trucks a maintenu le volume de ses ventes en 2019, malgré la turbulence du marché des véhicules industriels. Bruno Blin, le PDG s'explique : « Nous avons facturé 54 098 véhicules l’année dernière, soit une érosion de 1 % par rapport à 2018 » due à un second semestre en perte de vitesse (-18%), par rapport à 6 premiers mois dynamiques (+15 %).

Si les commercialisations en Europe ont certes fléchi l'année passée de 9 % à 24 544 unités, les exportations à l’international semblent avoir moins pâti de cette décélération puisque Renault Trucks y a observé une hausse annuelle de 10 % (à 4 933 unités facturées). Il y revendique avoir gagné des parts de marché dans la centaine de pays où il est présent, en particulier en Turquie pour les 16-t, où sa part de marché atteint 8,8 %.

+ 2 % pour la France

La France enregistre, de son côté, une augmentation de 2 % de ses véhicules facturés, portés au nombre de 24 621. Le groupe y souligne également la bonne tenue des véhicules de plus de 6 tonnes. Le nombre de leurs immatriculations s’élève à 15 306 en 2019 (contre 15 154 en 2018), niveau qui permet à Renault Trucks de maintenir, dans l'Hexagone, ses parts de marché à 27,9 % (contre 28,1 %, l’an dernier). En Europe, ce même indicateur porté à 8,5 %, est stable par rapport à l’année passée.

Sur le secteur de la construction, l'industriel national continue à se montrer très fort. Sa part de marché a encore gagné 1,2 point pour atteindre 28,3 % et il a progressé de 9,1 % en volume.

À l'échelle mondiale, le segment des plus de 16-tonnes montre une croissance de 2 %, soit 13 479 poids lourds immatriculés. À l’intérieur de cette famille, les porteurs marquent une hausse de 4 %, précise Bruno Blin, passant de 6 665 en 2018 à 6 930 en 2019. Les tracteurs ont, en revanche, cédé en 2019, 203 ventes comparé à l’exercice précédent, et ont atteint un solde de 6 549.

Les perspectives de l'occasion et de l'électrique

La branche du véhicule de l’occasion s'est montrée particulièrement vigoureuse. Le groupe déclare 9 442 commercialisations, soit une évolution de 11 % et souligne son service de transformation « Used trucks factory » de Bourg-en-Bresse où le millième tracteur devrait être transformé en porteur dans les prochains mois. Un centre dédié aux véhicules d'occasion vient d'être inauguré à Lyon (Rhône-Alpes).

Le PDG réaffirme que son groupe croit en l’électrification des transports. L’année 2020 voit le début de la production en série des camions électriques Renault Trucks dans son usine normande de Blainville-sur-Orne. Il investira 150 M€ dans cette énergie alternative d’ici 2025. Il projette qu'à cet horizon, les véhicules électriques représenteront 10 % de ses ventes.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.