Michelin veut user les pneus jusqu’au dernier kilomètre

Michelin en est convaincu : un immense gisement d’économie d’énergie et de moindre rejet de CO2 se cache dans une utilisation rationnelle des pneus pour poids lourds. En plus d’avoir développé de nouvelles gammes spécialisées Energy pour lesquels il promet des gains de carburant de 1,2 l aux 100 kilomètres, il estime que la bonne gestion de leurs taux d’usure ou de leur rechapage peut encore procurer d’immenses économies. Il a ainsi calculé que si tous les transporteurs du monde utilisaient leurs pneus jusqu’au témoin légal au lieu de leur laisser une épaisseur de 3 à 4 mm au moment de les changer, ils économiseraient 12 milliards de litres de gazole et s’épargneraient 40 millions de tonnes de rejets de CO2. Ce montant équivaut aux émissions générées par un pays tel que l’Irlande. Il affirme également que si tous les pneus poids lourds européens étaient pourvus de sculptures auto-régénératives dessinées selon sa technologie brevetée Regenion, l’Europe économiserait chaque année l’équivalent d’un mois d’émissions de CO2 de Paris. Pour finir, le manufacturier de Clermont-Ferrand préconise de prolonger la durée de vie de ses carcasses. Une fois le pneu arrivé à ses témoins d’usure, il peut être recreusé une première fois et prolonger sa vie de 25 %. Ensuite, il peut être rechapé, puis à nouveau recreusé. D’après un collecteur de carcasse britannique, les pneus Michelin démontreraient un taux de "rechapabilité" de 90 % au terme de leur première vie.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.