Malet expérimente une machine à accélérer le temps

Impliqué dans la création d'une voirie dite de "5e génération" à Égletons (Corrèze) censée fournir des informations relatives à l'évolution de la chaussée dans le temps, Spie Batignolles Malet recourt à un simulateur de trafic appartenant au laboratoire limougeaud GC2D.

La MLS 10 (pour mobile load simulator) n’a pas son pareil en France. Ses 11 m de long, 3 m de haut et 2,5 m de large coïncidaient parfaitement à l’emplacement vide sous le hangar du campus universitaire de génie civil d'Égletons. À l’abri des intempéries et sous surveillance continue de deux techniciens, ses roues jumelées reproduisent en accéléré une charge de 6,5 t sur un échantillon de route criblée de capteurs« En un mois de relevés, elle aura recueilli autant d’informations que si des poids lourds avaient roulé dessus durant 15 ans », développe Alain Béghin, directeur technique de Malet, la filiale toulousaine de Spie Batignolles. En une semaine, elle peut simuler entre 50 000 et 60 000 passages.

Une fois que la MLS 10 aura enregistré suffisamment de données sous abri, elle sera transportée sur les 300 m du boulevard Puy-Nègre d'Égletons, eux aussi instrumentés et rendus à la circulation peu intense, dans le cadre du projet d'expérimentation de routes lancé par la ville. « Notre idée est de lui faire faire une dizaine de passages sur les différentes planches, précise Christophe Petit, enseignant-chercheur sur le campus, puis de comparer les résultats, avant de comparer ces derniers à ceux prédits par le dimensionnement initial validé par le laboratoire Malet. » Commencée début juin, sa mission de simulation devrait prendre fin ces prochains jours.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.