Machinerycash : une version n°2 à l’automne

Souvenez-vous en début de mois, nous vous avions parlé de l’arrivée de la première plateforme européenne, machinerycash, de mise en relation entre concessionnaires de machines TP d’occasion et marchands internationaux. Son fondateur, Frédéric Lecat, revient avec force détails et une exclu : une deuxième version, simplifiée et dotée de nouvelles fonctionnalités, sortira en septembre !

Si les pratiques digitales arrivent sur la pointe des pieds dans le monde commercial des travaux publics, Frédéric Lecat a coutume de glisser une anecdote d’emblée : l’application machinerycash a été lancée dans l’écosystème internet depuis la République Dominicaine ! Au-delà de son caractère insolite, ce détail révèle que la dématérialisation des services gomme l’importance des lieux où se forment les transactions. Même si l’espace virtuel où les douze marchands internationaux estiment et proposent des offres de reprise est baptisé « place des marchés ».

« Souvent, le concessionnaire de machines TP est sollicité par ses propres clients lui demandant une estimation de l’un de ses engins d’occasion. Si le premier s’engage à une reprise, il doit puiser dans sa trésorerie avant de revendre lui-même la machine ». Dans le but de soulager cette période transitoire, machinerycash propose deux formules de réponse aux marchands :

  • une offre dite « directe » : émise sous 48 heures par les marchands, elle est pertinente lorsque la machine est disponible chez le concessionnaire ou le loueur.
  • une offre dite « prix de couverture » : elle consiste pour le marchand à engager une valeur de reprise d’une machine que le concessionnaire ne détient pas encore. Cette offre, inédite dans le domaine de plateformes digitales d’estimations de prix d’occasion, a une durée de validité de 3 mois.
Frédéric Lecat a été spécialiste dans l'achat-vente de matériel d'occasion TP pour le compte de Doosan-Bobcat Europe.

Fondateur de machinerycash, Frédéric Lecat a été spécialiste dans l'achat-vente de matériel d'occasion TP pour le compte de Doosan-Bobcat Europe.

Si aujourd’hui, machinerycash travaille avec douze entreprises-marchandes triées sur le volet, la jeune pousse n’exclut pas agrandir son réseau avec le temps. « Depuis le début de l’année, le nombre des machines mises en ligne augmentent de 10 % chaque mois. En mars, nous en comptions 128. Globalement, une sur trois trouve preneur. Et nous souhaitons augmenter ce ratio à une sur deux, l’année prochaine », confie Frédéric Lecat. Des perspectives ambitieuses, certes, mais réalisables selon lui, étant donné que trois à quatre concessionnaires s’ajoutent tous les mois depuis le début de l’année.

“Offre contre offre” à l'automne

La seconde version annoncée pour septembre verra non seulement certaines options supprimées mais également : « nous ajouterons des fonctions comme l'attendue “offre-contre-offre”, permettant au vendeur de négocier avec le marchand ». Jusqu’ici, le système fonctionne en « double appel d’offres ». Un premier temps, sous 24 heures, où les 12 marchands sont en compétition et propose leur prix. Un second, sous 24 heures supplémentaires où les trois meilleurs offreurs peuvent participer. Mais la négociation directe entre les deux parties est impossible. « Lorsque le vendeur ajoute un message, il passe par notre intermédiaire, et extrait notre modèle du « tout numérique ». Ce n’est pas notre but », explique le créateur.

Plus d 'un million et demi de volume d'affaires au premier trimestre

Machinerycash n’a que 16 mois d’existence et se réjouit d’être déjà rentable. « Nous visons 7 millions d’euros de volume d’affaires générés pour les marchands en 2018 ». Il faut dire que la jeune entreprise souligne de solides moyens : « Le volume d’affaires généré pour nos marchands a représenté, en 2017, environ 4 millions d’euros. Au cours ce premier trimestre, nous avons facturé un volume d’affaires aux marchands d’1 721 000 € ».

Ce rythme de croissance a fait mouche auprès d’un premier investisseur privé ayant racheté 10 % du capital de machinerycash en décembre. Un autre appui financier n’est pas exclu, sous peu. De même qu'un premier salarié en juin. Outre le projet d'élargir l'échelle des pays concernés, Frédéric Lecat et son équipe réfléchissent également à diffuser leurs services dans le domaine du matériel agricole, de manutention ainsi que les poids lourds.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire