Le plus grand bassin d’orage de Bruxelles “made in France”

Nichée au fond de la vallée wallonne en bordure de Bruxelles, la commune d’Uccle subit depuis tous temps les affres d’une pluie trop généreuse. Pour se protéger des dégradations qu’elle occasionne naturellement, le plus grand bassin d’orage de la région est en train d’être créé.  « Le secteur, trop urbanisé, ne permet pas la création de bassins tampons en surface », explique Vivaqua, la société de production et de distribution d'eau potable et gestionnaire des réseaux d'égouts bruxellois. Le maître d'ouvrage a donc opté pour la construction d’un bassin d’orage tubulaire de 1300 m de long et d’un diamètre de 5,16 m. L’originalité du projet ? Il est réalisé à 20 m de profondeur sous la ville !

Fabrication et mise en œuvre françaises

La société française Capremib a été choisie pour réaliser cet ouvrage hautement technique. « Nous avons utilisé un tunnelier de 5 mètres de diamètre et de 140 tonnes signé par Bessac (filiale du groupe Solétanche Bachy), et acheminé depuis Toulouse (Haute-Garonne) jusqu’à Uccle par voie terrestre et fluviale. Sa vitesse moyenne de percement est de 10 mètres par jour et son trajet suit à contre-courant le tracé de la vallée de l’Ukkelbeek », explique le fabricant marnais de produits précontraints — son usine principale est implantée à Cormicy.

Ensuite, le Marnais a fourni 7 122 voussoirs constituant les 1 187 anneaux du tunnel disposés en voûte circulaire complète. L’ensemble représente un volume total de 5 000 m³ de béton (XA2).

« Les voussoirs, de 25 cm d’épaisseur, sont posés automatiquement par le tunnelier au fur et à mesure de sa progression. Chaque anneau, constitué de six voussoirs, a un poids de 12 tonnes », explique-t-il.

L’étanchéité entre chaque voussoir est assurée par un système de joint ancré conçue en 2013 par Jean-Luc Froidevaux, responsable technique chez Capremib, une première en France à l’époque.

Une logistique "juste à temps"

À cette délicate entreprise s’ajoutent des limitations d’espaces et de nuisances tolérées propres aux chantiers souterrains en zones urbanisées. Dans le cas d’Uccle, la livraison des voussoirs doit strictement s’ajuster à l’avancée du chantier souterrain. Le manque de place en surface ne permet de disposer que d’une seule journée de stock avec une possibilité de livraison limitée à quatre ou cinq rotations par jour.

Cinq déversoirs seront placés le long du tunnel pour venir soulager le réseau de surface et alimenter ce bassin de stockage temporaire de 25 000 m³.

D’ici quelques jours, les derniers anneaux seront posés et permettront la jonction au puits de raccordement final. Le bassin d’orage sera alors opérationnel et répondra à sa vocation de réservoir tampon en cas de fortes pluies.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire