La FFB réhausse à +1,3 % ses pronostics de croissance 2019

La première expression de Jacques Chanut, président de la Fédération française du Bâtiment, lors de la présentation des chiffres du secteur à la mi-année fut « Bonne nouvelle, l’activité se maintient et d’une manière plus solide que ce que nous avions pressenti en début d’année ». Il le reconnaît, peut-être aurait-il été un peu trop pessimiste...

Les ventes individuelles neuves progressent depuis le début de l’année de 4,7 % — l’organisme observe d’ailleurs une accélération de la tendance ces trois derniers mois et les permis de construire haussent de 1,3 %. La FFB s’explique cette amélioration de conjoncture par une ouverture du secteur bancaire : les taux emprunts immobiliers, toutes durées confondues, n’ont jamais bénéficié de taux aussi bas depuis 2016 (au 10 septembre, le taux moyen s’élève à 0,65 % sur 7 ans).  Ainsi, les ménages, même les plus modestes, peuvent aujourd’hui accéder à la propriété.

Dans le non-résidentiel neuf, la tendance est d’autant plus positive. Entre janvier et juillet, les surfaces autorisées et commencées ont respectivement progressé de 15,6 % et de 4,7 %, de bon augure pour les secondes profitant de l’aplomb des premières.

Commandes bouclées pour 6 mois

Mais cette perspective haussière ne concerne pas avec la même vigueur tous les segments. L’amélioration-entretien ne décolle pas (-0,8 % après un 1er trimestre en chute de 2,3 %), au premier semestre) pour une raison que la fédération pense être corrélée à un marché non mature. Si la longue durée de cette situation baissière sinon atone inquiète la FFB, celle-ci entrevoit un second semestre meilleur relativement aux prévisions de carnets de commandes établies à 4 mois, en juillet, par les artisans, principaux acteurs des rénovations de bâtiments. « Celles à caractère énergétique sont plus dynamiques dans le non résidentiel (+2,7 %) que dans le logement (+0,2 %) », note la fédération. Tous secteurs confondus : les carnets de commandes s’avèrent plein pour une durée de 6 mois et demi.

Compte tenu de ses analyses, la FFB a réévalué à +1,3 % ses pronostics de croissance de l’activité Bâtiment pour la fin de cette année, alors qu’en décembre 2018, elle prévoyait une stagnation à -0,5 %.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.