FreshAir, pour réduire l’empreinte énergétique des enrobés

Shell Bitumes introduit FreshAir, un bitume visant à réduire l’impact de la production et de l’application des enrobés sur la qualité de l’air à l’échelle locale.

Des essais réalisés en France, et dans d’autres pays à travers le monde, ont montré que Shell Bitumen FreshAir pouvait contribuer à diminuer les émissions de gaz et de particules spécifiques provenant des enrobés, lors de leur production et application, de 40 % en moyenne par rapport au bitume classique.

Les ingénieurs indiens du centre R&D du groupe situé à Bangalore sont parvenus à mettre au point une technologie d'additifs inhibiteur agissant sur les composés chimiques affectant la qualité de l’air, ainsi que sur les molécules odorantes. « Une réaction, se produisant au niveau moléculaire, contribue à réduire certains gaz et particules spécifiques ou à limiter leur libération dans latmosphère lors de la production et lapplication des enrobés, réduisant limpact sur la qualité de lair à léchelle locale », explique le groupe énergétique. Les oxydes d'azote ou de soufre, de monoxyde de carbone, de composés organiques volatils et de particules fines seraient réduites.

Shell Bitumen FreshAir a été testé auprès de constructeurs routiers, dont un français dans la région nantaise, et d’experts en qualité de l’air lors d’essais sur le terrain soumis à un contrôle externe en France, aux Pays-Bas, en Thaïlande et en Grande-Bretagne.

Photo d'ouverture : une équipe exécutive de travaux thaïlandaise a été parmi les premières à expérimenter la solution Bitumen FreshAir. 

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.