La distribution de matériels reprend de la vigueur au 3e trimestre

Pour la première fois de l’année, entre juillet et septembre, les distributeurs de matériel de BTP ont retrouvé le chemin de la croissance, d'après une étude du DLR. La demande des matériaux entraînée par le dynamisme des chantiers publics comme le Grand Paris ou le site d’Ariane VI, ont soutenu leur activité.

D’ailleurs, selon les sources de la fédération des matériels de construction et de manutention (DLR), les retards de chantiers engendrés au début de l’année se sont résorbés.

À l’exception de la location (-77% pour la longue durée et -2% pour la courte durée), l’ensemble des activités a cru : vente de matériel neuf (+20 %), vente de matériel d’occasion (+18 %), pièces de rechange (+15 %), SAV (+45 %).

Pour autant, les chefs d’entreprises œuvrant dans la distribution interrogés se montrent prudents : 66 % d’entre eux prévoient une stagnation de leur activité au cours du prochain trimestre. De tels chiffres ne peuvent être continuels. Cette défiance entraîne ainsi des intentions d’embauche en baisse. Toutefois, selon l’analyse du DLR, les perspectives d’investissement sont stables par rapport au reste de l’année.

Les distributeurs et les loueurs de matériel de BTP et manutention avaient vu leur croissance stopper nette au cours du dernier trimestre. Cette activité a repris au cours de la période étudiée ici, entre juillet et septembre 2018.

Les distributeurs et les loueurs de matériel de BTP et manutention avaient vu leur croissance stopper au cours du dernier trimestre. Leurs activités ont repris entre juillet et septembre 2018.

Si l’on déplace la focale sur un examen de l’année en cours, la majorité des segments a progressé : +11 % pour les ventes de matériel neuf, +10 % pour la location, +9 % pour les ventes de matériel d’occasion, la maintenance se stabilise.

Au niveau de l’emploi, également, les créations maintiennent leur niveau entre la période janvier/septembre 2018 et l’exercice précédent, sachant que les intentions d’embauche s’élèvent aujourd’hui légèrement par rapport à l’année passée, relate le DLR, tout en sachant que le manque de techniciens de maintenance et de réparateurs continue de se faire sentir.

Les commentaires sont fermés.