Bridgestone chausse les tombereaux articulés A60H

Dans son optique de creuser son offre de pneumatiques multisectoriel, Bridgestone a articulé son message selon trois pivots :

Le premier concerne l’homologation du pneumatique 33.25 R29 VLTS*2 E2A. Il chausse dorénavant les tombereaux articulés A60H signés par Volvo. L’intitulé du modèle est, certes, très technique mais l’essentiel est de retenir que ce pneu dépourvu de chambre à air et sollicité pour des travaux de terrassement en milieux extrêmes, présente une profondeur de gomme plus importante que le modèle précédent (69 mm contre 54 mm). Deux autres éléments le caractérisent : « Il permet une meilleure répartition des charges au sol. Les ingénieurs l’ont doté de davantage de points d’appui et de crampons plus hauts », précise Myriam Campello, chef des produits marketing agraire et génie civil Bridgestone pour la France et le Benelux. Ce modèle “E4” est particulièrement pensé pour œuvrer sur un terrain rocheux, alors que le “E3” convient pour des surfaces moins accidentées ».

Deuxième actualité du manufacturier : le pneumatique VREV 27.00 R49, développé pour les tombereaux rigides. De la même façon que le VLTS, il est dépourvu de chambre à air mais présente une profondeur de gomme de 83 mm. « L’un de ses attraits majeurs se trouve dans sa résistance à la chaleur. Ses ailettes latérales spécifiques permettent une aération des flux d’air », argumente François Bryon, responsable commercial Rhône-Alpes Auvergne. Cette référence présente, par ailleurs, un indice de capacité de travail « TKPH » (Tonne Kilomètre par Heure) supérieur de 10 % par rapport à ses aînés.

Troisième point : le logiciel de gestion de parc « Toolbox » va également s’adresser aux professionnels de génie civil à partir du second semestre. L’outil permet de géolocaliser, de date à date, les véhicules d'un parc. Selon un autre mode d’observation, possible sur plusieurs années, l’opérateur peut projeter son rendement et la longévité de sa flotte. « Ce logiciel permet ainsi de l'étudier dans le détail et de prévoir d’éventuels investissements », résume François Bryon.

Enfin, la "Bridgemobile" continuera ses tournées chez les entrepreneurs mêmes. Cette caravane de 24 m² permet de dispenser des formations techniques et commerciales accueillant 16 professionnels par session. Pour la première fois en génie civil, elle a grimpé à plus de 1 800 mètres d’altitude pour rejoindre la carrière ariégeoise des Talcs de Luzenac chez Imerys. "La vente de pneumatiques n'est pas une fin en soi, argumente Bridgestone. L'entrepreneur doit également être en mesure de calculer son retour sur investissement, projeter dans le temps ses plages de maintenance, analyser ses démontages, les sources d'usures etc". La Bridgemobile permet cet apprentissage de façon essentiellement théorique. Elle complète les sessions ouvertes dans son centre de formation béthunois (Pas-de-Calais).

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire