Daf à fond sur les porteurs

En quelques années, Daf est parvenu à se construire une belle place sur le marché français des tracteurs routiers. Sa stratégie de conquête des grandes flottes régionales ou des groupements de transporteurs a payé. En 2019, il s’est hissé à la deuxième place des marques dans cette catégorie de camions, juste après Renault Trucks avec 18,7 % des parts de marché sur un total de 30 881 unités. Cela lui permet de se placer d’une manière globale à la troisième place avec 13,36 % d’un total de 51 700 immatriculations. En revanche, en matière de porteurs, le constructeur néerlandais peine à convaincre. Sa part de marché végète aux alentours des 6,5 %.

Comme les porteurs sont surtout utilisés dans des tournées régionales, à la différence des tracteurs habitués aux longues distances sur les autoroutes, ils intéressent particulièrement les concessions. Ils leur permettent, en effet, de fidéliser une clientèle. Mais pour Daf France, cette modeste performance est d’autant moins une fatalité qu’il obtient déjà près de 10 % de parts de marché dans certaines catégories de fourgons, de PLSC à bâche coulissante, de citernes, de véhicules de transport de fonds ou de bétaillères. Pour égaler ce taux sur les autres catégories, notamment en toupies à béton, les bras hydrauliques, les bennes, les services commerciaux ont entrepris de renforcer leur partenariat avec les grands noms de la carrosserie : CIF et Meiller pour les bennes, Liebherr pour les toupies, Marrel, Hyva ou Dalby pour les bras hydrauliques…  La disponibilité de véhicules carrossés pour des applications en construction prêts à partir devrait lui permettre de répondre dans des délais courts aux demandes urgentes de cette clientèle.

B.S.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.