Cisma : “2017, une année vigoureuse mais attention à la balance commerciale !”

Les chiffres du bilan 2017 du Cisma, organisation professionnelle représentant les entreprises françaises et européennes, conceptrices, productrices et commercialisant des équipements pour la construction, les infrastructures, la sidérurgie et la manutention, le confirment : l’économie du secteur reprend de la vigueur et les perspectives pour le moyen terme sont encourageantes.

Trois indicateurs-phares
  • La production des industries d’équipements utiles dans les univers représentés par le Cisma s’est élevée, en 2017, à 8,8 Md€ (+ 11,6 % par rapport à 2016)
  • Les biens d’équipements dévolus au BTP (représentant ~74 adhérents du Cisma) enregistrent un chiffre d’affaires de 3,3 Md€ (+12 % par rapport à 2016). « Le marché français se positionne ex-aequo avec celui du Royaume-Uni, en seconde position (14 %) derrière l’allemand, explique le président du Cisma, Jean-Claude Fayat, par ailleurs président du groupe éponyme. Si le focus se resserre sur l’Hexagone, l’appareil productif en biens d’équipements pour le BTP se porte à 1,4 Md€ (contre 1,1 Md€ en 2016)».
  • Troisième indice en forme de « bémol » : la balance commerciale s’inscrit en sévère baisse : - 134 M€ comptabilisés d’après les résultats des 200 adhérents : une première en négatif depuis longtemps, commente Renaud Buronfosse, délégué général du Cisma. « Le cas de la France n’est pas surprenant : nous importons (73,2 %) plus de biens d’équipements pour le BTP que nous n’en exportons (51 %), note Jean-Claude Fayat. Nous n’avons plus assez de sites de production industrielle en France ! »
Balance commerciale pour la première fois déficitaire

Ce troisième indice est d'autant plus préoccupant pour le syndicat qu'il observe : "les biens d’équipements pour le BTP sont un des rares secteurs où la balance commerciale a, durant de nombreuses années, présenté une balance commerciale positive voire excédentaire. 2017 est la première année où un déficit se crée dans cette branche". Renaud Buronfosse, délégué général du Cisma, explique ce retournement de tendance par la baisse de valeur (-20 %) de  la livre — à la suite du Brexit — rendant attractifs les achats de la France au Royaume-Uni.

Ceci dit, la reprise dans les travaux publics se trouve dynamisée par les JO de 2024 et surtout par le Grand Paris (le plus gros chantier d'Europe). Le projet de création de 4 lignes de métro automatiques autour de la capitale (15, 16, 17 et 18) et l’extension de 2 lignes existantes (11 et 14) au cours des 15 prochaines années, augurent des besoins massifs en matériels. « Quelque 200 km de métro en souterrain et 68 nouvelles gares devront être construits, sans compter que des quartiers et des abords de gares sont à anticiper ».

Pronostic de croissance 2018 : + 8 %

Compte tenu de ces enseignements, les industriels du Cisma anticipent une progression de leur chiffre d’affaires en 2018 de 8 % pour les matériels de Btp et de 6 % pour les matériels et systèmes de manutention.

Le Cisma sera présent au salon Intermat, du 23 au 28 avril au parc des expositions de Paris Nord Villepinte. Stand 6 B 013.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire