Chastagner : le levage agile

Sur les chantiers, les charges doivent parfois emprunter des voies étroites ou des itinéraires interdits aux grands engins de manutention. Elles ont alors de grandes chances de croiser l’un des treuils, portiques ou grues proposés par le loueur Chastagner.

Depuis plus d’un siècle et demi, l’histoire de Chastagner se confond avec celle de la manutention de charges sur les chantiers de Paris. En 1862, Philippe Chastagner, son fondateur, avait établi son atelier rue des Taillandiers, dans le 11e arrondissement, et commencé à construire sa notoriété auprès des bâtisseurs de l’époque. Il fabriquait et louait notamment des treuils à double noix. Ces outils s’avéraient fort utiles pour hisser les pierres de taille des façades des immeubles haussmanniens, alors en pleine construction. Au fil des années, les technologies ont évolué. Les câbles ont remplacé les chaînes. Les applications se sont multipliées et le siège s’est déplacé vers Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis). Après un premier déménagement au centre de cette cité de la banlieue est de Paris, un deuxième a suivi en 1978, et un troisième en 2009 pour s’installer dans 3 800 m2 de locaux fonctionnels implantés dans la zone industrielle.

Les plateformes de levage de Chastagner se retrouvent sur une grande partie des chantiers emblématiques de la région parisienne.

Les plateformes de levage de Chastagner se retrouvent sur une grande partie des chantiers emblématiques de la région parisienne.

Après son rachat, en 1980, par Huchez un fabricant de treuils installé dans l’Oise, l’entreprise a abandonné ses activités de fabrication pour se consacrer à la location de solutions de matériels. « 80 % de notre activité est lié aux métiers du bâtiment et des travaux publics, explique Vincent Lemoine (portrait d'ouverture), le directeur général. Nous proposons toutes sortes de treuils, monte-charges, grues, palans, crics… Ils interviennent là où les grues à tour ou automotrices traditionnelles ainsi que les chargeurs télescopiques s’arrêtent. Par exemple, dans des chantiers urbains confrontés à d’importantes contraintes d’accessibilité. Nous proposons des solutions non seulement en construction de bâtiment, démolition et rénovation, mais aussi dans des chantiers souterrains ou en travaux publics. »

Des charges de 300 kg à 25 t

Le catalogue est plutôt diversifié. Des treuils d’échafaudage côtoient des grues de puisatier, des monte-meubles accompagnent des ascenseurs de chantier. Ces systèmes peuvent descendre ou remonter des matériaux en galerie, approvisionner un chantier de rénovation sur plusieurs niveaux ou encore ripper un pont ou déplacer la coque d’un bateau sur un chantier naval. Les charges déplacées vont de 300 kg à 25 t. « Nos clients sont des plus divers. Nous comptons aussi bien les majors du bâtiment que des artisans. Dans un cas sur deux, ils ont besoin de notre conseil pour identifier la solution adaptée à leur chantier », indique Vincent Lemoine.

Cette capacité à satisfaire des besoins de niche et à répondre à des cas particuliers protège Chastagner de la concurrence des grands loueurs généralistes ou des fournisseurs d’échafaudages. Les équipes commerciales de ses agences mettent en avant un large éventail de solutions et la maîtrise technique de l’entreprise. Dans les ateliers, des électromécaniciens sont chargés d’entretenir, de tester et de réviser les matériels. Sur les chantiers, des techniciens interviennent pour les installer. Certains équipements sont loués avec un opérateur. L’ensemble du personnel peut rassurer les utilisateurs sur le respect des réglementations et de la sécurité. "Qui dit levage dit danger, prévient le directeur. Le responsable juridique d’un engin reste son utilisateur, mais en tant que fournisseur, nous devons nous assurer que celui-ci ne rencontrera aucun problème. Nous devons le rassurer sur ses obligations et remettre des matériels conformes et vérifiés répondant aux réglementations". Se tenir au courant de l’environnement réglementaire et juridique touchant son métier ainsi que ceux des domaines d’activité sur lesquels intervient l’entreprise est une tâche quotidienne. Pour cela, Chastagner multiplie ses participations dans les organisations et syndicats professionnels. En plus d’adhérer à la fédération des loueurs DLR, elle est membre, au sein de la FFB, de la Chambre syndicale des professionnels de l’étanchéité (CSFE) et du Syndicat français de l’échafaudage, du coffrage et de l'étaiement (SFECE).

Une ambition de croissance
Les treuils trouvent un emploi en ripage de pont et en manutention portuaire.

Les treuils trouvent un emploi en ripage de pont et en manutention portuaire.

Ces dernières années, le groupe auquel appartient Chastagner a su se fédérer des entreprises très complémentaires dans le secteur de la manutention spécialisée. Dans cet ensemble, en plus des treuils Huchez, le loueur côtoie All Road, le distributeur français des grues légères Klaas et des nacelles Ruthmann, Bluelift ou Ommelift, ainsi que Telip. Ce constructeur breton d’accessoires de manutention pour l’industrie a rejoint le groupe en 2018. La force de cet ensemble donne des ailes à Chastagner pour se développer. Depuis 2000, Il s’est engagé dans une stratégie de croissance externe afin de multiplier le nombre de bases. L’enjeu, pour lui, est non seulement de mieux optimiser son parc de 3 000 matériels en le mutualisant sur ses différents sites, mais aussi d’être en mesure d’accompagner ses grands clients sur leurs différents chantiers régionaux.

L’agglomération parisienne est particulièrement bien desservie. En plus de son siège de Neuilly-sur-Marne, à l’est, l’entreprise est présente à Herblay (Val d’Oise) depuis 2001, ainsi qu’à Coignières (Yvelines) depuis 2003. En régions, des opportunités d’acquisition lui ont permis de s’installer à Orléans en 2007 et à Rouen en 2010. Plus récemment, en 2018, le loueur a ouvert une agence à Lille et, en 2019, une autre à Dunkerque. D’autres pourraient suivre dans les grandes agglomérations françaises. Aujourd’hui, avec son réseau de sept agences et une centaine de collaborateurs, Chastagner annonce un chiffre d’affaires de 12 M€.

Bernard Serpantié

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.