Seimat : Le triomphe des minipelles

Lorsqu’il considère les statistiques des ventes matériels de TP et de manutention, Pascal Guillemain, le président du Seimat, ne peut que se montrer satisfait. En 2019, près de 60 000 machines différentes ont été écoulées sur le marché français pour un chiffre d’affaires de 2,8 Md€. En plus de la bonne forme actuelle des secteurs du travaux publics et du bâtiment, ces ventes ont profité, lors du premier trimestre, des derniers effets du dispositif du sur-amortissement de la loi Macron. Les matériels de terrassement et les compacts se sont particulièrement bien tenus en progressant de 10,8 %. Cette année encore, les petites pelles ont démontré leur capacité à faire disparaître les tractopelles des chantiers. Alors que les premiers continuaient leur inexorable repli avec 414 machines vendues soit 5,9 % de moins qu’en 2018, les pelles de moins de 6 tonnes battaient leur record avec 12 531 unités (+ 10 %) et celles de 6 à 12 tonnes gagnaient 15,2 % par rapport à 2018 (2 066 machines).

Les chiffres des autres catégories de matériels destinées aux travaux routiers, à la mise en œuvre du béton ou à la manutention se montrent plus mitigés tout en restant soutenus. Les chiffres de certains matériels, notamment les finisseurs, les bétonnières ou les nacelles souffrent de la comparaison avec les importants taux de renouvellement des années précédentes. Pour 2020, Le Seimat reste optimiste et entrevoit une stabilisation du marché à environ 58 000 machines.  Son président se félicite d’avoir amélioré le poids du syndicat en recrutant des entreprises telles que Hydrokit, Liebherr, Liugong ou Sany. Il estime que l’organisation représente 90 % des ventes en gros matériels de terrassement, 80 % en compacts et 74 % en routiers. L’arrivée de spécialistes tels que Leica, Topcon et Sitech a permis de créer un groupe guidage et celle d’Eurofor un autre consacré au forage.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.