Maxiloc fête ses vingt ans à Ternay

À l’occasion de son vingtième anniversaire, le loueur de matériels BTP Maxiloc a présenté hier sur un terrain attenant à son siège de Ternay (Rhône-Alpes), une quinzaine d’engins, typiques de son parc matériels, particulièrement orientés vers les travaux de TP et de terrassement. « Nous avons choisi d’exposer un tombereau Volvo A30G pour souligner notre investissement récent, explique Cédric Vachet, directeur d’agence chez Maxiloc depuis peu. Car depuis le début de l’année, la reprise des chantiers chez nos clients est indéniable, et nous a permis de régénérer bon nombre de nos machines ».

Trois tombereaux et trois pelles entrent dans le parc
Machines-neuves Maxiloc

Ce tombereau Volvo A30G et en arrière-plan, cette pelle sur chenilles Caterpillar 330P font partie des investissements 2017 de Maxiloc.

Ayant bien senti que les tombereaux bénéficiaient d’un regain d’intérêt auprès des entrepreneurs, Maxiloc a donc renouvelé trois de ses tombereaux de marque Volvo. « Ces nouveaux A30 sont équipés de pneus basse pression et d’un système start and go, par exemple », étaye Daniel Corani, technico-commercial. Trois pelles sur chenilles Caterpillar, deux 330F de 30-32 tonnes et une 336F de 30-36 tonnes sont trois autres modèles récemment acquis. « Les deux-tiers de notre activité concernent les engins de chantier gros gabarit sur le plan national et nous tenons à renforcer notre point de distinction porté sur les outils hors-du-commun dont ils peuvent être équipés », explique Florent Putoud, fondateur et directeur général de la PME. Notre article, à paraître dans Forum Chantiers n°122 vous précisera les équipements dont les machines Maxiloc peut être dotées.

Restructuration en interne et nouveau canal de démarchage

Porté par la dynamique de reprise du bâtiment, Maxiloc a vu son chiffre d’affaires croître d’environ 30 % depuis début 2017 (4,6 M€ de CA enregistré au cours de ces six premiers mois), une augmentation jamais vue depuis 2017. La conjoncture certes, est un facteur favorable, mais Cédric Vachet ajoute que la réorganisation interne du groupe actuelle n’est pas non plus étrangère à sa bonne santé. « Nous sommes en train de mettre en place un canal de sollicitation commerciale par téléphone, ce qui nous permet de “sécuriser” notre socle de clientèle et d’en rencontrer de nouvelles, confie le directeur d’agence de Ternay. Si nous avons pu investir exceptionnellement 5 millions d’euros dans le renouvellement de nos unités, cette année, l’idéal serait d’injecter tous les ans entre un et deux millions d’euros pour maintenir son parc “en propre”, complète Florent Putoud.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire