Le Crédit d’impôt transition énergétique restera en l’état jusqu’en 2020

Selon nos confrères des Échos, la transformation du crédit d'impôt transition énergétique (CITE) en "subvention", comme l’évoquait avec circonspection hier Jacques Chanut, le président de la FFB, est reportée à janvier 2020. En attendant, le CITE est prolongé d'un an dans le projet de Loi de finances pour 2019.

C'était l'une des principales annonces du  plan climat de Nicolas Hulot, alors ministre de la Transition écologique. Le crédit d'impôt transition énergétique (CITE), versé aux propriétaires qui réalisent des travaux d'isolation, devait être transformé en une « prime » à compter de janvier 2019. Ce que redoutaient les organismes professionnels spécialisés dans le bâtiment, notamment la FFB. L’objectif était ainsi rendre les travaux d'économies d'énergie accessibles aux plus modestes et de limiter l'avance de trésorerie de la part des ménages. Depuis cette annonce, ce projet n’avait pas avancé. Or, selon le journal économique, cette transformation en prime sera reportée à janvier 2020. En attendant, le CITE serait prolongé d'un an dans le projet de Loi de finances, lequel sera détaillé le 24 septembre en Conseil des ministres.

Si la conversion du crédit d’impôt transition énergétique en prime a été longue à décider, c’est qu’elle implique une année de « double » finance pour l'État qui devra verser à la fois la nouvelle subvention et rembourser les crédits d'impôts associés aux dépenses de l'année précédente. « C'est pourquoi cette transformation a été envisagée conjointement avec une diminution de l'enveloppe des travaux, notamment l'exclusion des portes et des fenêtres » [dans l’attente d’une expertise complète, NDLR] », explique Les Échos.

Puisque le crédit d'impôt est poursuivi pour une durée d'un an,  reste encore à connaître le montant de l'enveloppe ou le taux des aides.  L'industrie du bâtiment attend encore des réponses sur ce point.  « Nous espérons que les fenêtres seront de nouveau prises en compte, s'il s'agit du remplacement d'un simple vitrage », défend Jacques Chanut, président de la FFB, qui précise que la Fédération elle, prône, la mise en place d’un dispositif de subventions graduelles et fonction du nombre de travaux énergétiques entrepris dans un logement.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire