La double vie du tunnelier Herrenknecht

À la Haye (Pays-Bas), les équipes en charge de la réalisation du tunnel Victory Boogie Woogie n’ont pas hésité à réutiliser une machine qui avait déjà fait ses preuves quelques années auparavant. Le tunnelier Herrenknecht à bouclier mixte avait déjà foré les deux tubes de 1 150 m du tunnel néerlandais de Sluiskil entre 2013 et 2015. Il vient de terminer cette nouvelle liaison routière longue de de 1 600 m. Après avoir été entièrement revu dans les ateliers de son constructeur, à Kehl (Allemagne), l’engin de 1 600 tonnes et de 80 m de long a creusé le premier tube de 10,15 m de diamètre, de janvier à juillet 2018, puis il s’est attaqué au second à partir de septembre 2018. Dans les deux projets, la machine a été amenée à affronter des conditions géologiques hétérogènes instables alternant des sables, des limons et des argiles. Avec sa roue de coupe à rayon ouvert permettant l’évacuation directe des matériaux depuis son centre et son circuit de boue optimisé équilibrant les hautes pressions régnant au-dessous du niveau de la mer, le tunnelier a avancé à la vitesse soutenue de 16,9 mètres par jour. Il a atteint son objectif en janvier 2019. Étonnamment, en raison de la nature peu abrasive des matériaux, les couleurs de sa roue de coupe étaient encore visibles après son parcours dans le sous-sol de la Haye. Elle avait été peinte en jaune, rouge et bleu en référence au tableau Victory Boogie Woogie du peintre néerlandais Piet Mondrian.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.