Eiffage est dynamisé par la France

Eiffage, 3e groupe de construction français engrange une deuxième année consécutive de croissance, soit un chiffre d’affaires 2019 consolidé de 18,1 Md€, en hausse de 9,4 % par rapport à l’exercice précédent.

Le moteur du Grand Paris Express

Eiffage aura, une nouvelle fois, tiré l'essentiel de son activité de sa branche "travaux" l'année passée, face aux concessions. "La réalisation de chantiers nous a fait conclure 15,2 Md€ de contrats, soit une progression de 10,8 %. Or, cette division s'est avérée, une nouvelle fois, porteuse en France (+11,1 % à 10,55 Md€), particulièrement dopée par les chantiers du Grand Paris et des JO 2024. "Notre seconde branche concessions a gagné 2,9 %, à près de 3 Md€", pose Benoît de Ruffray, PDG de l'entreprise.

Répartition du chiffre d'affaires 2019 selon les géographies.

À l’étranger, le chiffre d’affaires relatif à la branche Travaux s’établit à 4,6 Md€, soit + 10,2 %, poursuit-il. Si l’accroissement des volumes s’observe depuis deux ans, 2019 s’est toutefois démarquée des années précédentes par le poids de l’évolution organique (+ 8,8 %). En 2018, ce même indicateur avait augmenté de 7,2 %.

Toujours à l'intérieur de cette même partie — incluant Énergie Systèmes et Infrastructures, l'activité de la Construction affiche une hausse de 6,5 % à 4,26 Md€. En France, cette progression est plus élevée encore : + 7,8 %, quand en Europe l'activité a cru de 2,6 %.

Le chiffre d'affaires relatif aux Infrastructures grandit, lui, de 16,3 % (à 6,44 Md€). En France, il ressort à 20,6 %. Le génie civil reste la spécialité la plus énergique puisque sa hausse atteint les 37,1 %, favorisée par l'accélération des travaux inhérents au Grand Paris Express. "Nous nous attendons d'ailleurs à entamer de gros projets sur les futures lignes de métro 17 et 18. Des appels d'offres concernant les lignes 15 est et Ouest devraient également arriver dans le courant de l'année", souligne Benoît de Ruffray.

Du côté de Énergie Systèmes, l'activité 2019 s'est également conclue dans le positif : + 7,7 % à 4,48 Md€, dont + 3% en France et + 19,3 % à l'international.

Intensification de ses rôles en concession et aménagement

Plusieurs opérations ont permis à la majore de se renforcer en concessions : elle rappelle avoir pris le contrôle de la concession de l’aéroport de Toulouse Blagnac, en décembre 2019. Cinq mois auparavant, Eiffage indiquait endosser (en groupement avec Aéroport Marseille-Provence) la gestion de l’aéroport de Lille-Lesquin.

Benoît de Ruffray, PDG d'Eiffage et président de la branche Énergie Systèmes.

"Si la croissance sera plus limitée en termes de travaux en France en 2020, notre carnet de commandes 2019 nous laisse prévoir une légère augmentation du nombre de chantiers ", pronostisque Benoît de Ruffray, PDG du groupe.

Du côté des autoroutes, le groupe a été désigné, en groupement avec APRR, concessionnaire de la route Centre-Europe Atlantique, conduisant le premier à augmenter sa part en capital de 2 % dans le second. Il entend en 2020 et dans les mêmes proportions, haussé sa participation dans Adelac, société d’autoroutes française détenue en partie par APRR.

Son rôle d’aménageur immobilier dont la part croit. Christian Cassayre, directeur financier, précise que 5 095 logements ont été réservés en 2019, contre 4 694 en 2018.

Si les travaux inhérents à la liaison ferroviaire Lyon-Turin ou à la poursuite des chantiers de l’A79 et l’A75 devraient conforter, en 2020, la santé de la branche infrastructures France, la croissance du chiffre d’affaires Travaux devrait être moins soutenue en 2020. Eiffage justifie ce pronostic par la moindre progression de son carnet de commandes : + 2 % en 2019 (à 14,2 Md€), contre + 15%, l’année dernière.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.