Les débuts prometteurs du salon CICEE

Les organisations chinoises représentant les fabricants de matériels de construction ainsi que leurs chambres de commerce nous l’avaient annoncé à grands renforts de conférences de presse ou de publicités dans nos journaux. Le CICEE est appelé à devenir le grand salon chinois des matériels de construction. Il s’est tenu à Changsha du 15 au 18 mai 2019. Nous l’avons visité.

La cinquième édition du CICEE tenue du 15 au 18 mai à Changsha (Chine) a illustré l’ambition portée par les autorités et des industriels chinois. Ils l’affirment clairement : ce salon doit s’imposer dans les années à venir comme le grand rendez-vous international du pays. Il veut se mesurer à Intermat, Conexpo et la Bauma et, dépasser ses deux grands concurrents locaux la Bauma China de Shangaï et le BICES de Beijing. Le premier représente probablement son rival le plus important. La dernière édition, déroulée en novembre 2018, a attiré sur un parc des expositions de 330 000 m2, 215 000 visiteurs et 3 350 exposants. Si le CICEE de 2019 n’a pas encore atteint ces chiffres et s’est contenté de 1 150 exposants, dont 22 % d’étrangers, sur une surface d’exposition de 213 000 m2, il a, selon ses organisateurs, attiré 180 000 visiteurs et facilité 20 milliards de yuans (environ 2,6 Md€) d’échanges commerciaux. Il a également pu convaincre ses visiteurs de son potentiel de développement par la qualité de ses infrastructures, les capacités d’accueil de la cité de Changsha et la motivation de ses exposants. L’enjeu de ses organisateurs était de transformer un rendez-vous existant depuis huit ans, mais, jusqu’à présent, principalement concentré autour de l’industrie locale des pièces et composants, en un salon à vocation internationale davantage ouvert sur les matériels de construction.

Le CICEE bénéficie d’infrastructures récentes et fonctionnelles.

Le CICEE bénéficie d’infrastructures récentes et fonctionnelles.

En tout, 24 entreprises majeures chinoises et internationales avaient fait le déplacement. Aux côtés des grands acteurs chinois, Caterpillar, John Deere, Case et Hitachi s’étaient laissés convaincre par l’invitation des autorités locales à exposer dans la capitale chinoise de l’industrie de la construction. Changsha concentre en effet une forte densité de fabricants de matériels et de composants pour ce secteur d’activité. Ils réalisent près d’un quart du chiffre d’affaires du pays sur cette filière pour un total de près de 166 milliards de yuans (21 Md€).  CRCHI, Sany, Zoomlion et Sunward font partie de leurs chefs de file.

La ville située dans la province du Hunan, à 1 500 km au sud de Pékin et 1 200 km à l’ouest de Shangaï compte déjà près de 8 millions d’habitants. Si elle n’est, pour l’instant, accessible par avion qu’après correspondance par Beijing, Shangaï ou Hong-Kong, sa forte croissance économique actuelle permet d’espérer le développement de liaisons aériennes directes avec les grandes capitales internationales. Son parc des expositions fait partie de ses atouts. Inauguré il y a, à peine deux ans, il dispose d’infrastructures fonctionnelles, de quatre halls de 13 500 m2 ainsi que d’un centre de convention abritant de nombreuses salles de réunion. L’une d’elle peut accueillir jusqu’à 1 000 personnes.

Taillés pour les grands projets

Les exposants avaient fait le déplacement avec leur produits et concepts les plus récents. Certains étaient venus avec des machines présentées un mois auparavant à la Bauma. Caterpillar montrait sur son stand de 1 300 m2 sa pelle de nouvelle génération Cat 320 de 22 tonnes et Case exposait son concept de chargeuse au méthane. Les constructeurs locaux avaient réservé d’importantes surfaces tant dans les zones extérieures qu’intérieures pour présenter un large aperçu de leurs catalogues. L’une des machines les plus impressionnantes étaient probablement la grue Zoomlion ZCC 9800 W de 800 tonnes et de 178 m de haut. Elle a été conçue pour monter des éoliennes géantes culminant à 160 mètres.

Le jumbo de forage de CRCHI est adapté aux géologies difficiles.

Le jumbo de forage de CRCHI est adapté aux géologies difficiles.

Sany n’avait pas hésité à déplacer 68 matériels de ses gammes de pelles, camions pompes à béton et grues pour rappeler sa position de leader du marché chinois des matériels de construction. En 2018, Cette entreprise cotée en bourse a réalisé un chiffre d’affaires de 55,8 milliards de yuans (7,2 Md€) en croissance de 46 %.  Elle a facturé 10 milliards de yuans (1,3 Md€) à l’exportation et a réalisé un bénéfice net de 6,1 milliards de yuan (790 M€).

Le stand de CRCHI pouvait également impressionner par son exposition de matériels de travaux souterrains. Ce constructeur a profité de l’évènement pour présenter une vingtaine de nouveaux modèles de tunneliers. Ses activités sont soutenues par la profusion des projets de construction dans le pays de lignes de chemin de fer, de tunnels sous-marins voire de canaux de détournement des eaux du plateau tibétain vers le désert du Gobi. Il dévoilait également un automoteur jumbo de forage de tunnel spécialement conçu pour travailler dans des roches instables sans explosion. Cette machine est notamment intervenue sur la construction de la ligne à grande vitesse reliant Xiamen à Fuzhou le long du littoral de la mer de Chine. Avec ses trois bras articulés, elle peut forer, fendre la roche ou la boulonner tout en limitant les productions de poussières.

Compétition d’audace

6-cicee-fc134

Zoomlion fait partie des leaders du levage et des pompes à béton en Chine.

Sunward avait choisi la voie de l’originalité en présentant un avion léger de sa fabrication pour attirer les visiteurs sur son stand de 3 000 m2. L’appareil témoigne de l’esprit d’entreprise de He Quinghua, son fondateur. Il a investi dans cette diversification en pariant sur l’évolution rapide de son pays et dont, selon lui, l’ouverture de son ciel à l’aviation privée ne saurait tarder. Sa gamme de pelles s’étendant de modèles de de 800 kg à 90 tonnes exposée à Changsha est plus large que celle commercialisée en Europe. Ce constructeur a en effet pris le parti de construire la notoriété de sa marque et son réseau dans notre continent à partir de ses gammes de minipelles. Son positionnement en prix de l’ordre de 15 % en dessous de machines considérées actuellement comme d’entrée de gamme, une offre de garantie de trois ans et un réseau comptant déjà 22 distributeurs lui ont déjà permis de connaître une progression appréciable de 120 % de ses ventes l’an dernier. Comme il a bien compris que la qualité du service était une condition nécessaire au succès en Europe, le constructeur a l’intention d’agrandir le magasin de pièces détachées de son siège situé en Belgique et de lui adjoindre une zone de démonstration. À côté de ces quatre constructeurs représentant l’industrie locale, Shantui et XCMG défendaient le Shandong, l’autre grande province chinoise très active en matériels de construction. Le premier présentait un nouveau bulldozer hydrostatique DH17C2. Sa motorisation de 272 chevaux est issue des fabrications de Wechai, un motoriste et fabricant de composants hydrauliques ou de transmissions appartenant comme lui au conglomérat Shandong Heavy Industries.

Shantui a renouvelé son bulldozer DH17C2.

Shantui a renouvelé son bulldozer DH17C2.

LiuGong, pour sa part, est originaire de Liuzou, une ville du sud du pays. Ce constructeur exposait sur près de 3000 m2 de stand près de 26 machines ainsi que des composants de transmissions. Il montrait notamment sa chargeuse à pneus 870H de 7 tonnes présentée comme particulièrement sobre ou sa niveleuse 4180 D dont le dessin a été approuvé par le jury européen des Red Dot Design Award

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.