Colas se projette dans la route future

S’il forme quelque 400 collaborateurs de filiales tous les ans, le Campus scientifique et technique – CST – de Magny-les-Hameaux (Yvelines) est présenté par Colas comme le tout premier centre privé de R&D consacré à la route.

Avec un réseau routier français mature, Colas axe son développement présent et à venir sur la dimension de ses services. Et en ce domaine, le champ des possibles est infiniment large. Les savoir-faire en termes de recyclage, de chimie à moindre empreinte carbone ou encore de mise au point d’outils de travail minimisant la pénibilité ne peuvent que progresser. Colas le sait bien. Durant trois jours de portes ouvertes au CST de Magny-les-Hameaux, il a réuni une trentaine d’exposants partenaires œuvrant dans ces domaines émergents. Quelque 600 visiteurs, parmi lesquels de nombreux distributeurs et membres de succursales, ont ainsi pu prendre la mesure de la recherche et du développement qu’il entretient pour mettre au point des technologies autour des services périphériques aux routes.

Colas ne feint pas son inquiétude concernant d'éventuelles concurrences et évoque la menace de l'ubérisation des métiers. L'arrivée d'acteurs tels que Google et ses partenaires, s'étant récemment positionnés sur un projet d'aménagement au Canada, illustre ce risque. Ils y ont déployé, dans le quartier Quayside de Toronto, des rues chauffantes, des immeubles modulables en bois et des abris capables de se déplier automatiquement en cas d’intempéries. Route tapissée de dalles photovoltaïques Wattway, ensemble de signalisations dynamiques lumineuses Flowell, ou encore système digital centralisé Qievo destiné à réguler la logistique des grands chantiers urbains pour limiter les nuisances et favoriser leur acceptation... la route de demain ne s’interdit aucune audace et Colas donne la réplique. « Nous anticipons le risque que des prestataires non spécialisés dans le domaine de la route proposent leurs services parce qu’ils ont de la donnée », confie Bernard Sala, directeur de l'innovation du groupe.

La 2e version de Wattway propose aujourd’hui des dalles photovoltaïques plus compactes, de 867 mm².

La 2e version de Wattway propose aujourd’hui des dalles photovoltaïques plus compactes, de 867 mm².

Wattway
 « Nous mettons au point la version 2.0 de Wattway, lancé il y a trois ans », explique Colas. Cette nouvelle mouture de revêtement de chaussée destiné à capturer l’énergie solaire est notamment en test dans les Bouches-du-Rhône, à Châteauneuf-le-Rouge. Elle se décline aujourd’hui en des dalles photovoltaïques plus compactes, de 867 mm² (contre 964 mm² en 2017), et dont la surface de récupération est, par voie de conséquence, réduite (0,69 m² par module au lieu de 0,96 m²). Elles délivrent 125 Wc/m², dans l’idée de fournir assez d'électricité pour une caméra de vidéosurveillance, l'éclairage d'un mobilier urbain ou une borne de recharge pour vélo électrique.

Flowell
 Colas perfectionne Flowell, un ensemble de signalétiques s’éclairant en fonction des mouvements des véhicules et des piétons. « Cette solution intègre des dalles composées de leds encapsulées dans la chaussée et raccordées à un réseau électrique », explique Emmanuel Orlianges, en charge du développement de la solution chez Colas. Elle est installée depuis mars à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes).

Qievo
 En guise de troisième exemple de solution pour développer les fonctionnalités de la route, Colas imagine la plateforme digitale Qievo, conçue afin d'optimiser la mobilité. Elle permet aux professionnels de fluidifier leur logistique autour des chantiers. Le système, en exploitation expérimentale à Lyon depuis septembre, permet aux utilisateurs d’avoir une vue globale de l’avancée d’un groupement de chantier. Cette plateforme digitale permet également, au besoin, de focaliser sur une opération spécifique
Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.