Case France NSO : un an pour retrouver la rentabilité

Nous vous l’apprenions début janvier, Case France reprenait l’activité de l'un des concessionnaires majeurs en France, TP Partners, qu’il a rebaptisé « Case France NSO ». Deux mois après avoir endossé ses nouvelles responsabilités, le constructeur explique son choix et ses objectifs.

L’annonce de la liquidation judiciaire de TP Partners, en septembre 2018, eut l’effet d’un coup de tonnerre tant pour les membres de son personnel bien sûr que pour Case. Ses 18 agences de SAV couvraient le nord et le sud-ouest du pays. « La Bretagne et la Normandie pèse 50 % dans notre chiffre d’affaires », confie Thierry Aubry, directeur Europe du Sud.

Depuis le 28 décembre, Case réorganise les neuf entités qu’il reprend sous son aile. Patrick Murer, ancien de chez Volvo CE et Renault Trucks, vient de rejoindre le groupe. Nommé directeur général, sa délicate mission sera de les remettre à flot, en douze mois.

L’enjeu ne lui fait pas peur. Ce quadragénaire autrichien est rompu à l’exercice. Il était encore récemment consultant pour Case Allemagne afin d’en améliorer le service après-vente. « Une fois que nous aurons remis en marche les neuf agences financièrement et techniquement, ce qui ne saurait tarder, notre second cap sera de rassurer l’ensemble de nos clients : tous les services après-vente sont couverts », confie Patrick Murer. L’entité Case France NSO (nord, ouest et sud-ouest) dont le siège sera sous peu implanté au Rheu (Ille-et-Vilaine), se fixe 2020 pour être de nouveau rentable. À cette échéance, Case France NSO devrait réaliser plus de la moitié de ses ventes grâce à ses propres succursales — NSO et son agence francilienne.

À moyen terme, le groupe France réfléchira à étendre son réseau, dans un esprit de mutualisation des ressources, à l’instar de la structure turinoise où cohabitent l’ensemble des marques de CNH Industrial : New Holland Agriculture, New Holland Construction, Fiat Powertrain Technologies, Iveco et Case. Pour l’heure, la priorité est d’uniformiser les appareils productifs et de retisser les liens de la confiance.

  • Case compte sept concessions en France métropolitaine, déployant 28 points de service.
  • Deux agences sont chapeautées en propre : Saint-Pathus en Seine-et-Marne et Case France NSO.

En photo d'ouverture : Patrick Murer, directeur général de Case France NSO. Cet ex-consultant chez Optim Resources, adepte de la méthode lean management veut dans un premier temps uniformiser les systèmes d'information du personnel des neuf agences reprises.

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.