Bergerat Monnoyeur diplôme douze jeunes après une formation Turbo

La pénurie de main d'œuvre dans le domaine du machinisme de chantier et de manutention n'est pas nouvelle et Bergerat Monnoyeur (concessionnaire exclusif de Caterpillar) a décidé de prendre les devants avec une initiative originale. Baptisée « Turbo », elle a consisté à former en 19 mois de pratique et théorie, 12 jeunes hommes issus de la fondation Apprentis d'Auteuil (voir lien "Plus d'infos cliquez ici"). Tous ont reçu hier leur titre de professionnalisation (5 en intégralité, 7 devront repasser certaines épreuves).
« Cet équivalent au bac Pro Technicien de maintenance d'engins et de matériels de chantier et de manutention (reconnu par l'État et délivré par l'inspection du travail) est un tremplin pour ces jeunes hommes dont l'histoire ne promettait pas d'accomplissement professionnel », commente Baudouin Monnoyeur, le président de la société localisée à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

2 275 heures d'apprentissage, 45 semaines en atelier alternées avec 20 semaines au centre CFC Apprentis d'Auteuil à Valence... Bergerat Monnoyeur a déployé les grands moyens pour porter ses apprentis à la réussite. « Nous leur avons confié les mêmes tâches qu'à nos mécaniciens. Ils ont été considérés comme des employés à part entière. Réparation, diagnostic sur les moteurs démontage/montage de boîtes de vitesses... » témoigne Fabrice Lebreton, chef d'atelier chez BM. La formation n'a pas été évidente pour tous. En Île-de-France pour certains, en Rhône-Alpes-Auvergne pour d'autres ; une autre partie a été formée en PACA ...
Au départ, ils étaient 2 500 à postuler, une douzaine est diplômée et se voient proposer un CDD chez Bergerat. Venus d'univers diamétralement opposés (certains ont été formés en cuisine, exercé dans le paysagisme, l'agricole ou tout simplement arrêté l'école très tôt), malgré les embûches, les formateurs, organisateurs comme les apprentis reconnaissent tous aujourd'hui que le projet « a changé leur vie ».

Info de dernière minute : les Apprentis d'Auteuil confirment qu'il y aura une deuxième session avec « quelques évolutions » chez Bergerat Monnoyeur. Et Nicolas Truelle, président d'Apprentis d'Auteuil, de rappeler la volonté de la fondation de : « décloisonner les mondes de l'entreprise, faire en sorte que cette expérience BM donne des idées à d'autres sociétés, issues d'autres corps de métiers, en mal de main d'œuvre également ».

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.