“Quelque chose de grand” est à voir en DVD

Le chantier : ce lieu que l’imaginaire collectif voit inhospitalier, un lieu où les regards se détournent. Un lieu réputé secret voire dangereux où seuls des compagnons dûment autorisés pénètrent… La photographe et réalisatrice Fanny Tondre prend à contre-pied ces sombres représentations pour réaliser un documentaire en noir et blanc Quelque chose de grand. Lumineux.

En passant deux ans au côté d’ouvriers travaillant pour Eiffage, la photographe et réalisatrice Fanny Tondre a signé le documentaire Quelque chose de Grand (1h11), décidant de porter la focale sur la dimension humaine de la construction.

La vie des compagnons, leurs questionnements, leur labeur, leurs silences… Toutes leurs émotions, vécues in situ sont traduites en noir et blanc. "Je déteste les couleurs criardes, le fluo des baudriers", sourit Fanny Tondre. Et ce choix colorimétrique ajoute à la sobriété du rendu. Certains plans sont filmés en gros plan, d’autres angles originaux brossent des portraits au plus près des peaux, nous rapprochant d’autant plus des quatre acteurs que Fanny Tondre a choisi de suivre : Joag, Greg, Filipe et Tardiveau. Quatre acteurs sur  1 200 ouvriers évoluant sur place.

Quelquechose de grand-portrait1-Website

La réalisatrice a tenu à raconter l'humain au sein du chantier, en donnant la parole aux ouvriers, plus habitués à se taire.

Le terme « acteurs » est d’ailleurs à comprendre dans le sens « agissant » et  « non comédiens » car dans Quelque chose de Grand, la question du jeu n’existe pas. Les compagnons sont natures, spontanés, méfiants au départ, raconte Fanny Tondre. Il a d’abord fallu gagner leur confiance durant une semaine. Le résultat est saisissant. Le spectateur est littéralement plongé dans l’univers du chantier : il perçoit les sons puissants, certains désagréables, comme s’il y était : les crissements, les marteaux-piqueurs, les voix, les cris, le bourdonnement des machines. Les silences, aussi, beaucoup. Car le métier d’ouvrier sur un chantier est solitaire. Les conditions de travail sont âpres, ballotées par le chaud, le froid, la pluie, la nuit…

Un quotidien entre force et fragilités
Quelquechose de grand-portrait2-Website

Fanny Tondre confie qu'au départ, elle a appréhendé de ne trouver aucun angle ni "personnages". Elle redoutait la fatigue, les contraintes techniques et le manque de liberté.

Malgré elles, de Quelque chose de grand se dégage une impression de gigantisme, une énergie, une passion. La passion de ces hommes pour leur métier qu’ils continuent et continueront d'exercer envers et contre tout. Le documentaire déconstruit ainsi les idées préconçues tendant à nous faire croire le chantier

comme un monde inaccessible.

Diffusé sur France Télévisions début 2018, le film est dorénavant disponible en DVD (16,99 € TTC frais de port inclus), distribué par Docks 66. Vous pouvez le commander ici.

Et soyez certains : vous ne regarderez plus les constructions de bâtiments de la même manière.

L'organisation de projections publiques ou en salle de cinéma est proposée, à la demande, par Docks 66.

Pour plus d'infos : contact@docks66.com

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.