Où en est la modélisation du bâtiment ?

L’information se fait encore très discrète et pourtant, la modélisation des données du bâtiment (Bim) est aujourd’hui « recommandée » en France, tout du moins, lorsque les constructions relèvent de commandes publiques. La société spécialisée dans la certification et les contrôles, Bureau Veritas n’a pas attendu ce passage timide de cap pour s’intéresser à ce qu’elle considère comme « une révolution technologique ». Depuis trois ans, elle travaille sur la façon d'adapter ses vérifications avec ce référentiel unique, interactif et évolutif.

Ces trois lettres B-I-M peuvent encore susciter des crispations. Or, « les informations des acteurs d’un chantier se traduisent souvent, presque inconsciemment en langage numérique », affirment de concert Anne-Laure de Chammard et Thomas Daubigny. La première, PDG de Bureau Veritas Construction, explique qu’aujourd’hui, par exemple, bon nombre d’entre eux utilisent déjà des drones pour surveiller, photographier… Ce recours correspond déjà à l’étape n°3 du BIM, permettant aux entreprises de stocker, d'organiser, d'enrichir et de partager leurs ressources, depuis une plateforme centralisée et sécurisée.

Le drone : une certaine forme de BIM

La première étape s’avère la simple donnée, la seconde la transforme en une « représentation » et la troisième serait une forme d’intelligence que nous lui ajouterions pour simuler le résonnement et l’action humaine. Le drone se rapproche donc d’une forme d’intelligence artificielle, capable de rapporter des clichés qui, comparés avec des précédents, aide l’utilisateur à relever des anomalies. De même que les entreprises les plus avancées assurent pouvoir isoler un objet à l’intérieur d’une maquette et lui associer une légende. Des data centers Orange devraient émerger en Normandie et dans le Centre en 2020. Les bâtiments à caractère médical semblent être particulièrement confiants en cette technique : un centre hospitalier à Lens devrait ouvrir à la fin de cette année. Dans le même temps, une agence européenne du médicament biotope sera attendue à Lille…

Ainsi, bon gré mal gré, le secteur de la construction vit, en France, les prémisses d’une redéfinition technologique qui bouleverse ses métiers à tous les niveaux. Les plans sur papier cèdent de plus en plus le pas face à la maquette numérique 3D.

« Si dans l’Hexagone, les études les plus récentes du Plan national numérique dans le bâtiment évoquent un taux d’adoption du BIM de 35 %, l’évolution entre 2017 et 2018 montre une croissance d'environ 15 %, souligne Anne-Laure de Chammard. D’ici un an ou deux, prédit-elle, l’utilisation de ce jumeau numérique deviendra indispensable. Au-delà de la prévention qu’il permettra aux équipes BTP, il sera en mesure d’assurer des actions prédictives, par exemple, alertera sur des incohérences entre des détails apposés dans le cahier des charges et les règles enregistrées. Si cela est le cas, la modélisation sera capable de suggérer des alternatives de réalisation.

Le plus gros Planétarium du monde 100 % modélisé en Chine

Certes, l’échelon prédictif est un objectif à atteindre, a fortiori en France. En Chine, toutefois, l’expérimentation du BIM est la plus avancée au monde. « Les projets publics et d'ampleur troquant la méthode manuscrite pour la maquette en 3D bénéficient d'une subvention du gouvernement chinois », explique Thomas Daubigny. Bureau Veritas cite cet exemple dans la mesure où il vérifie le cours de la construction du Planétarium près de Shanghai. A peine sortie de terre, cette enceinte culturelle est déjà pressentie comme la plus grande du monde.

Planetarium3

Doté d'un dôme couvrant 38 000 m2, le Planétarium de Shanghai se caractérise par une architecture en ellipses symbolisant la révolution des planètes.

Recouverte d’un dôme de 38 000 m2, elle ouvrira ses portes dans la ville nouvelle de Lingang, à 60 kilomètres au sud du centre-ville, dans le district de Pudong. « Nos spécialistes réalisent sur place leurs contrôles techniques directement sur la maquette numérique de ce bâtiment iconique, caractéristique avec sa forme d'ellipse. Nous pouvons même intégrer nos règles de calcul à l’intérieur du système », détaille-t-il. Tous les deux jours, un drone survole les travaux et prend des photos de l'état d'avancement du chantier. Celles-ci sont ensuite comparées par un œil humain avec la maquette 3D à la recherche d’inquiétantes différentes entre les deux. La reconnaissance d'images permettra bientôt de détecter automatiquement toute anomalie liée à cette analyse comparative.

Prévention et bientôt, la prédiction

Étant donné la dimension gigantesque de ce projet chinois où de nombreuses entreprises doivent se coordonner, l’introduction du modèle numérique s’est avérée particulièrement opportune. Se positionnant en tant qu’exemple, elle permet d’avoir une vue d’ensemble de l’avancée du projet, des besoins en matériels, des différentes progressions des corps d’état. À plus long terme, elle permettra de planifier des maintenances, de voir apparaître des éléments problématiques via un code couleurs.

Planetarium2

La multiplicité des intervenants sur le chantier est une des raisons ayant mené la maîtrise d'ouvrage à opter pour travailler avec la modélisation. Elle permet une meilleure coordination.

Outre les plans, la maquette autorise, d’ores et déjà, la simulation de flux virtuels d'évacuation du bâtiment par les visiteurs en cas d'alerte. Les personnels chargés de la certification chez Bureau Veritas France — 1 100 travaillent dans la branche "Bâtiment et infrastructures — peuvent ainsi voir apparaître d'éventuelles malfaçons du bâtiment avant même la réalisation du bâtiment, lequel devrait ouvrir en 2020.

La branche "Bâtiment et infrastructures" est la première activité de Bureau Veritas. Elle représente 24 % de son activité. Au cours des 9 premiers mois de 2017, le chiffre d'affaires de ce segment a été évalué à 814,3 M€.

La branche "Bâtiment et infrastructures" est la première activité de Bureau Veritas. Elle représente 24 % de son activité. Au cours du premier semestre 2018, le chiffre d'affaires de ce segment a été évalué à 609,6 M€.

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.