L’hôtel chinois Morpheus, pris entre les bras d’un exosquelette

Bouygues Construction revient sur une de ses réalisations les plus marquantes cette année : l'hôtel six étoiles à Macao, dans le sud de la Chine. Sa conception unique habille sa tour d’un exosquelette et la perce de trois vides. Une prouesse architecturale et technique.

Elle a été inaugurée en juin mais sa construction est si originale que les concepteurs ne se lassent pas d’y revenir… Située sur le Cotai Strip, le boulevard de jeu de Macao, Morpheus, en impose déjà sous ses échafaudages. L’architecte ayant dessiné sa silhouette, Zaha Hadid, célèbre pour sa vision déconstructiviste de la géométrie des bâtiments, impose son style d’ores et déjà : l’édifice sera maillé d’un exosquelette et percé de trois vides, en son centre. « Cette structure en acier a la particularité d’être extérieure et porteur des planchers de l’ensemble, note Denis Averlan, directeur du projet et directeur des Opérations Bâtiments de Dragages Hong Kong et de Dragages Macau, les deux filiales de Bouygues Construction engagées sur le chantier. Il faut traverser la façade se trouvant à l'arrière de la structure métallique pour rejoindre les noyaux en béton, ce qui a complexifié notre tâche », ajoute-t-il.

Tout de travers

Un casse-tête, d’autant plus inédit que « rien n’étant droit [dans cette structure à l’aspect d’une cote de maille], il fallait s’assurer que sa fabrication soit conforme aux plans. Pour la seule construction de la structure métallique, nous avons réalisé plus de 26 000 plans », explique Chung Yiu Ho, directeur projet adjoint.

Dans la partie centrale du bâtiment, l’exosquelette se tord, se scinde, se ramifie, créant trois vides. Pour soutenir ces courbes d’acier, une structure temporaire a été installée. D’où cette vision d’un enchevêtrement de poutres métalliques, sur laquelle évoluent les équipes du chantier.

Dévérinage puis démontage
Morpheus-Macao2

"Tant que les façades n’ont pas été installées, le revêtement de l’exosquelette, son habillage en aluminium, est, lui aussi, impossible", se rappellent les équipes sur place.

Une fois les éléments de l’exosquelette reliés entre eux, deux étapes ont été nécessaires. La première a consisté au dévérinage, opération au cours de laquelle les appuis provisoires des nœuds de l’exosquelette ont été retirés, afin de lui donner sa configuration finale.

La seconde étape a concerné le démontage de la structure temporaire. Il a été d’autant plus important de la démonter rapidement qu’elle obstruait le passage pour la pose de vitrages de la partie centrale. En l’occurrence, 242 vitres triangulaires, aux châssis de différentes dimensions, ont été posés sur l’exosquelette.

Encadré3-bouygues

 

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire