Le tunnelier Amandine, dans sa dernière ligne droite

En tant que symbole de la reprise des chantiers du Grand Paris Express après 5 semaines d’arrêt, le tunnelier Amandine a atteint, jeudi 18 juin, la paroi de la future gare de la ligne 15 Sud à l’institut Gustave Roussy de Villejuif (Val-de-Marne). « Cette machine à pression de terre, de 100 m de long et 9,87 m de diamètre est néanmoins restée sous tension, tout au long de son interruption entre le 17 mars et le 21 avril », raconte Bernard Cathelain, membre du directoire de la Société du Grand Paris.

Parmi les nombreuses opérations de ce tronçon, sa traversée de la gare de Villejuif-Institut Gustave-Roussy compte parmi les plus délicates. Pour cela, les équipes avait procédé par ripage au glissement de l’engin de part et d’autre de l’infrastructure dans un puits de 63 m de diamètre, à proximité de l’Institut Gustave Roussy. Cette phase aura nécessité trois semaines de travail.

 

Bernard Cathelain, membre du directoire de la Société du Grand Paris, explique que le tunnelier Amandine a repris sa marche moyenne d'entre 10 à 12 m/jour.

Bernard Catelain, membre du directoire de la Société du Grand Paris, explique que le tunnelier a repris, le 21 avril, sa marche moyenne d'entre 10 à 12 m/jour.

Dorénavant positionnée vers la sortie de la gare, l'usine souterraine peut poursuivre sa course. En novembre, sa roue de coupe devrait atteindre sa destination finale, l’arrêt de métro Villejuif Louis-Aragon, après un périple de 3,4 km, effectué en près d’un an et demi.

À sa livraison prévue en 2025, la nouvelle gare de l'institut Gustave-Roussy interconnectera la ligne 14 prolongée vers l'aéroport d'Orly et la ligne 15 Sud, qui devrait être en service cette même année.

 

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.