FFB : les pertes d’emplois prévues pourraient être compensées

Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment, reconnaît que les mesures d'urgence telles que les fonds de solidarité, l'activité partielle, les reports de charge ont permis de juguler la crise et d'en repousser les effets. Pour autant, l'activité suspendue entre mars et mai ne pourra pas être résorbée entièrement.

Toutefois, les nouvelles de septembre laissent apparaître, par rapport à celles de juin, quelques points d'appui. La construction, qui se rangeait en 3e position des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire, peut considérer qu'elle a évité le pire, cette année. Les entrepreneurs puisant dans des carnets de commandes garnis (entre 4 et 9 mois relevés en juillet), ont majoritairement réussi à maintenir leurs effectifs permanents. La fédération observe même que 18 400 postes ont été créés entre le premier semestre 2019 et la même période en 2020. Mais depuis le début de l'année, 20 800 emplois auraient été perdus, proportion qui pourrait diminuer voire s'annuler si le dispositif MaPrimeRénov' s'élargissait, comme le prône la FFB, aux résidences secondaires. Le Projet de Loi de Finances 2021 dans lequel pourrait être incluse cette mesure supplémentaire, devrait être voté au plus tard, le 18 décembre 2020.

En parallèle, la FFB confirme l'intention du secteur de recruter 150 000 personnes d'ici 2023. 

Partagez cet article :
20

Les commentaires sont fermés.