FFB : carnets de commandes garnis, perspectives assombries

Annonçant comme à l’accoutumée les résultats de ses études économiques, la Fédération française du bâtiment pointe un essoufflement des chantiers de logements neufs.  Son président Jacques Chanut déclare qu’en glissement annuel sur trois mois à fin janvier 2018 — entre novembre 2017-janvier 2018 et novembre 2016-janvier 2017, la progression des mises en chantier s’établit à + 6,5 % (alors que les autorisations évoluent de -0,3 %). « Le recul des ventes de logements neufs s'observe tant chez les constructeurs de maisons individuelles (-17,4 % en glissement annuel sur 3 mois à fin janvier 2018) que chez les promoteurs (-3,8 % en glissement annuel au 4e trimestre 2017) », sur fond d'un effritement de l’investissement des ménages et de la hausse des prix immobiliers.  « Par ailleurs, la détérioration de l’environnement institutionnel depuis le 1er janvier 2018 (PTZ réduit de moitié et "Pinel" supprimé en zones B2 et C, baisse des loyers HLM) accentuera immanquablement le tassement », ajoute la FFB.

Quant au non résidentiel neuf, hors locaux agricoles, en glissement annuel sur trois mois à fin janvier 2018, les surfaces commencées progressent toujours rapidement (+15,7 %), mais les surfaces autorisées ralentissent (+6,1 %). Le tassement s’observe pour tous les segments de marché, hormis les bureaux qui ne faiblissent pas.

Pour ce qui concerne l’amélioration-entretien (voir schéma ci-dessous), l’activité ressort soutenue au quatrième trimestre 2017, pour partie du fait de l’anticipation de travaux d’efficacité énergétique par des ménages qui souhaitaient bénéficier des conditions 2017 – plus favorables – du Crédit d’impôt transition énergétique (CITE).

L'amélioration-entretien reste soutenue, selon l'Insee, au 4e trimestre 2017.

31 000 postes créés

Les embauches dans le bâtiment se sont accélérées de 2,2 %, entre le 4e trimestre 2016 et le 4e trimestre 2017. « Quelque 31 000 postes — en hausse de 2,7 % — ont été créés dans le bâtiment en glissement annuel au 4e trimestre 2017. 20 000 emplois auront été ouverts l’année dernière : une hausse qui semble se confirmer en 2018 », commente la fédération. Revers de la médaille : plus de 60 % des entrepreneurs peinent à recruter et cette tendance devrait s'accroître à mesure que l'année avance.

Au global, l’activité bâtiment bénéficie pour l’heure de la belle fin d’année 2017 et les carnets de commandes des entreprises restent bien garnis. Toutefois, à l’horizon du tournant 2018-2019, l’avenir commence à se faire plus sombre : « Les résultats décevants, observés ces derniers mois sur les ventes commencent à se traduire en termes d’autorisations ».

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire