Dans la vallée iséroise, la future centrale hydroélectrique progresse

Ça y est, les équipes de Spie batignolles TPCI et de Dodin Campenon Bernard ont percé les derniers mètres de la branche amont de la galerie d’amenée d’eau du chantier débouchant sur la future centrale hydroélectrique EDF de Romanche – Gavet (Isère). Celui-ci s’érige au rang des chantiers de construction d’aménagement hydroélectrique les plus grands actuellement en France.

Débuté en 2013 aux portes de l’Oisans (à quelques kilomètres de Grenoble), le travail de cette galerie de 9 700 mètres aura frôlé les 550 000 heures d’ouvrage. Plus de 170 000 m3 de roche ont été dégagés des deux flancs (aval et amont) que constituent cette galerie d’amenée d’eau.

Et pour cause, ce projet "EDF-Romanche Gavet", qualifié de plus grand chantier de construction d’aménagement hydroélectrique actuel en France, vise à remplacer 6 centrales et 5 barrages existants. Il s’articule autour de deux objectifs majeurs :

  • réduire l’impact environnemental des constructions
  • augmenter de 30 % la production d’électricité et fournir en énergie une population de 231 000 habitants

Mandataire du chantier, Spie Batignolles TPCI et en charge des travaux de creusement et de génie civil de la conduite d’amenée, de la cheminée d’équilibre et du puits blindé, des cavernes et de toutes les galeries attenantes depuis 2011.

L'équipe de Spie Batignolles TPCI fête la fin de ces travaux de creusement.

Les équipes de Spie batignolles TPCI : fières d'avoir achevé leur tronçon de travaux !

La galerie d’amenée, d’une longueur totale finale de 9,4 km — à la suite de ce creusement de la galerie de liaison entre les deux branches — est destinée à transporter l’eau du barrage de Livet jusqu’à la centrale implantée sur la commune de Gavet, en passant par le sommet d'un puits blindé. Grâce à la chute de 280 mètres et à un débit de quarante mètres cubes par seconde, entre le sommet du puits et la centrale, celle-ci devrait produire quelque 560 GWh annuels à partir de 2020.

Pour son creusement, la galerie a été divisée en deux branches : amont et aval, lesquelles ont été séparées par une galerie de liaison, travaillée à l’explosif. Les deux branches ont été creusées par les équipes de Spie batignolles TPCI à l’aide de deux tunneliers à roche dure, de type Gripper, de 4,70 m de diamètre : Rosali pour le versant aval et Lilorosa pour le versant amont.

"Maintenant que la construction dans la "caverne-usine du génie-civil" est terminée, les pièces électromécaniques (turbines, alternateurs…) ont commencé leur installation, laquelle se poursuivra tout au long de l’année. De même, la mise en place des transformateurs dans la caverne-alternateurs est prévue pour 2018", nous précise la maîtrise d'ouvrage EDF.

Au cours des prochaines semaines, le puits blindé (vertical, il est également nommé  "puits de chute") débutera son forage.  "Il assurera la liaison entre la galerie d’amenée et la centrale souterraine. Il mesurera 163 mètres de haut et 3,3 mètres de diamètre", complète EDF. Cette prochaine étape s'annonce délicate, étaye la maîtrise d'ouvrage, car il s’agira de relier ce puits aux équipements électromécaniques dont l’échelle de précision sera particulièrement fine". Ce puits sera blindé par une vingtaine de longs tubes métalliques appelés des viroles.
À la suite de ce puits de chute blindé, une cheminée d’équilibre verticale sera, à son tour, forée dans la montagne. Contrairement au puits de chute, elle débouche à l’air libre, d'où son nom de "cheminée" plutôt que de puits. Reliée à la galerie d’amenée, cette  cheminée servira à absorber les variations de pression qui peuvent résulter du débit irrégulier de la Romanche ou des arrêts et des redémarrages des turbines.

La livraison de la centrale Romanche-Gavet est prévue pour 2020.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire